Hautes-Pyrénées : ouverture de La Garouste, une guinguette autonome inspirée par Castoriadis

De jeunes adeptes du philosophe Cornelius Castoriadis viennent d’ouvrir La Garouste, une guinguette autonome dans les Hautes-Pyrénées. Récit de cette aventure collective, avec au passage quelques expressions occitanes.

Noémie Genty et Quentin Mur, créateurs de La Garouste
Noémie Genty et Quentin Mur, les deux créateurs de La Garouste, tiennent le bar de la guinguette après le premier concert. ©Jeanne Serrière.
Lettrine-l

es lieux alternatifs fleurissent un peu partout en France et avec Quentin Mur, mon acolyte, nous avons décidé d’en créer un nous aussi, alors deishatz-me vos parlar de La Garosta [laissez-moi vous parler de La Garouste] !

La Garouste, quésako [La Garouste, qu’est-ce que c’est] ?
Un carré de terre gasconne prêté par les parents de Quentin, sur lequel sont implantés une minuscule maison, un bar et deux caravanes. Situé sur la commune de Fontrailles, un village d’une centaine d’habitants dans les Hautes-Pyrénées, à la frontière avec le Gers, le terrain est entouré d’un champ de tournesols, d’un pré où paissent des vaches, d’un petit canal, et se trouve à l’orée d’un bois.

Côté linguistique, « la garouste » signifie « la nature » en occitan gascon. Côté pratique, c’est à la fois :

  • une maison d’artistes,
  • une guinguette associative,
  • des ateliers-débats autour des questions sociales et environnementales,
  • des cours d’occitan,
  • un lieu festif,
  • des happenings sur la place du bourg principal pour débattre ou écouter un concert,
  • une bibliothèque autogérée et un hébergement responsable à Fontrailles, à côté de Trie-sur-Baïse.

Oui, tout ça – qui plus est en autonomie énergétique !

Chantier participatif
Atelier sciage lors des chantiers participatifs de La Garouste pour rénover le lieu, Fontrailles. ©Amélie Guilbert.

Perqué [Pourquoi] ?
Parce que nous pensons qu’il est urgent de repenser la citoyenneté, de désenclaver les territoires et de rapprocher le monde universitaire du monde rural. Cela fait bientôt un an que Quentin, qui est chercheur en philosophie politique, et moi-même, inscrite en master de linguistique à l’École des Hautes Études en Sciences Sociales, avons lancé ce projet. Notre ambition est d’impulser une dynamique socio-culturelle en fédérant les initiatives dans ce territoire enclavé, à l’habitat dispersé. La ville la plus proche, Tarbes, où se déroulent la majorité des activités culturelles du département, se trouve en effet à quarante minutes en voiture.

Cinéma en plein air
Ciné-concert « Ode maritime » du duo Pessoa à La Garouste, Fontrailles. ©Noémie Genty.

Quinas solucions e perpausatz [Quelles solutions proposez-vous] ?
L’idée phare du projet est d’allier la théorie à la pratique. C’est-à-dire que lorsque nous réfléchissons à des modes de vie alternatifs lors d’ateliers-débats, nous essayons ensuite de les concrétiser sur notre lieu. Par exemple, nous proposons un hébergement dans une caravane aménagée en low-technologies à un moindre coût aux voyageurs de passage, dans un territoire où il n’existe aucune offre de camping, et donc aucune offre peu chère.

Pour fédérer autour du projet, nous travaillons avec les gens d’ici : la bière de nos événements est fournie par le brasseur In’oc, le Fablab (laboratoire de fabrication) du Laboratoire Organique de Lustar nous aide à concevoir et développer La Garouste en termes d’ingénierie low-tech, et avec la médiathèque de Castelnau-Magnoac nous menons des actions de sensibilisation aux questions féministes et socio-environnementales.

Atelier-débat à La Garouste
Quentin anime un atelier sur la participation citoyenne lors des journées d’inaugurations du Laboratoire Organique de Lustar. ©Kerry Gamon.

La Garouste est une association qui compte déjà près de 200 adhérents. Nous allons peut-être passer en coopérative, avec le soutien d’Alter’incub Occitanie, l’incubateur régional des Scop. L’avantage de cette forme institutionnelle est de réencastrer l’économique dans une logique locale et sociale. La coopérative, pour nous, c’est la recherche de l’autonomie au sens que lui donnait le philosophe Cornelius Castoriadis : la capacité de l’individu à entretenir un rapport libre et réflexif à la loi et à l’institution.

A que n’ètz deu vòste projècte [Où en est votre projet] ?
Nous avons accueilli nos premiers événements culturels cet été. Cela a été un vrai bonheur de voir se mélanger le public local à un public d’étudiants et d’universitaires, de les voir ensemble écouter un concert de jazz (vidéos ci-dessous), planter des clous pour rénover le lieu, refaire le monde lors d’un atelier-débat, et d’entendre à la fin un ouvrier qui ne s’y était jamais intéressé s’exclamer « Moi, j’adore la philosophie ! »

> Concert de Ocre le 14 juillet 2022 à La Garouste. ©Jeanne Serrière.

Nos prochains projets : un ciné-débat autour du documentaire « Ni les femmes ni la terre » sur la lutte contre le patriarcat en Argentine et en Bolivie (bande-annonce ci-dessous), une opération d’agroforesterie en partenariat avec une école locale, la construction d’une éolienne en bois sur notre terrain, et pour l’été 2023, l’organisation d’une programmation autour des questions féministes et écologistes.

Nous pourrions vous parler des heures de La Garouste, mais le mieux serait que vous veniez visiter le lieu et nous rencontrer !

N’hésitez pas à nous contacter via nos réseaux, La Garouste est sur Facebook et Instagram.

Pour suivre les publications de mon journal préféré, je reçois la lettre minimale, chaque 1er jeudi du mois. Bonne nouvelle, c’est gratuit et sans engagement !

Partager cet article

À propos de l'auteur
NOÉMIE GENTY
Étudiante en Lettres modernes et engagée dans la défense de l’environnement.
Articles similaires
Du même auteur
Écrire un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *