« Ce n’est pas la saison, monsieur »

Chaque année, en janvier, les commerçants français importent 4 000 à 5 000 tonnes de fraises. Qu’il faut bien, ensuite, refourguer aux consommateurs que nous sommes.

Photo : Isabelle Toquebeuf
Photo : Isabelle Toquebeuf

Je faisais tranquillement mes courses sous le métro aérien de la Motte-Picquet-Grenelle (Paris 15e), lorsqu’un marchand me hèle et me suggère son kilo de clémentines pour 1 €. Jusqu’ici, tout va bien : elles ne sont pas bio mais c’est la saison. Les choses se gâtent quand il me propose des fraises :

— « Ce n’est pas la saison, monsieur.
(étonné) Là d’où elles viennent, c’est toute l’année la saison !
— Vous voulez dire, sous les serres d’Espagne ?
(agacé) Que voulez-vous qu’on y fasse ?
— Ne pas les consommer !  »

En sachant qu’il m’est arrivé à peu près la même chose au marché d’Aligre (Paris 12e) trois jours auparavant, je m’interroge sur le concept de « consommer des fruits et légumes de saison », étranger à la plupart des commerçants. « Dis-moi ce que tu consommes, je te dirai ce que tu cautionnes », m’a dit un jour quelqu’un. On pourrait rajouter : « Dis-moi ce que tu vends… », le coût d’opportunité de la fraise ou de la framboise se substituant ici à celui de l’orange ou du kiwi, qui sont des fruits d’hiver riches en vitamine C.

Mais mettons-nous un peu à la place des commerçants. Figurez-vous qu’eux aussi, on les incite à « profiter de délicieuses fraises en hiver » ! Comme ici, sur le site web belge du grossiste Metro :

Capture d'écran réalisée sur le site du grossiste Metro.
Capture d’écran réalisée sur le site belge du grossiste Metro.

Et puisqu’on s’en fiche de la saison et du bilan carbone, ce serait trop bête de ne pas profiter également des fraises blanches d’Amérique latine !

Capture d'écran réalisée sur le site du grossiste Metro.
Capture d’écran réalisée sur le site belge du grossiste Metro.

Si sur le site de Metro France on ne trouve pas d’apologie de la fraise en hiver, on y apprend tout de même que la framboise Tulameen est « disponible pendant 9 mois, de fin mars à fin novembre », ce qui en fait une variété « parfaitement adaptée aux besoins des professionnels de bouche ».

Moi qui durant ma tendre enfance cueillais les framboises en juillet-août dans le jardin de mes grands-parents… 21 Cop plus tard, les choses ont bien changé.

Partager
Aller à la Une

À propos de l’auteur

ISABELLE TOQUEBEUF

Je préfère les petits gestes du quotidien aux lendemains qui chantent et je crois en un mode de production et de consommation respectueux de la planète et de nos amis les animaux.

Un commentaire

  1. Aucun pays « occidental » ne respecte l’impact environnemental qu’implique le transport de nourritures de « saison ».
    J’habite… en Australie occidentale, à Fremantle, où les citrons poussent à volonté dans les potagers ou jardins.
    Je vais au supermarché, et y trouve des citrons cultivés localement, vendus plus chers que ceux, dans l’étagère d’à côté, qui proviennent des USA et d’Israël!

Exprimez-vous !