Tout ce qu’on peut faire avec des allumettes

Commercialisée à grande échelle depuis une centaine d’année, l’allumette peut servir à autre chose qu’à mettre le feu. Voici quelques exemples que j’ai répertoriés.

Allumettes en vrac
Illustration : Pxhere.

L’allumette à bout rouge telle que nous la connaissons a été mise au point durant la Révolution industrielle, après moult prototypes tous plus dangereux et toxiques les uns que les autres. C’est un savant suédois nommé Johan Edvard Lundström qui a trouvé la bonne formule et l’a présentée à l’Exposition universelle de Paris en 1855. Son invention a été baptisée « allumette de sûreté » (par comparaison avec les expériences précédentes), ou « allumette suédoise ».

Commercialisées à grande échelle depuis plus d’un siècle dans des petites boites en carton stylisées, les allumettes modernes nous permettent de mettre le feu n’importe où, mais elles peuvent aussi servir à d’autres usages, plus ou moins connus.

Éviter de pleurer quand on épluche les oignons. Placez trois allumettes dans votre bouche (mordre le bâtonnet et laisser le bout rouge à l’extérieur), pendant toute la durée de l’épluchage et de la découpe. Le soufre des allumettes va absorber le gaz volatil de l’oignon et former une barrière protectrice pour vos yeux. Cette astuce de grand-mère est certes moins efficace que d’éplucher les oignons sous une hotte aspirante mais en camping, c’est bien utile.

Faire bouillir des œufs. Lorsque l’on plonge des œufs frais dans l’eau bouillante, il arrive qu’ils se fendillent. Jeter quelques allumettes usagées (bout brûlé) dans la casserole avant d’y plonger les œufs réduit le risque d’éclatement de la coquille.

Jardiner. Enfoncer la tête de dix allumettes autour du pied d’une plante : le phosphore et le soufre vont se diffuser dans la terre et éloigner les parasites (cela marche aussi avec le marc de café).

Désodoriser. Avant de sortir des toilettes, si vous craignez que les narines de la personne suivante soient importunées, craquez une allumette, laissez-la se consumer jusqu’à vos doigts et absorber ainsi toutes les odeurs pénibles. Recommencer l’opération si nécessaire.

Coudre un bouton. Pour que le fil soit tendu juste comme il faut lorsque vous recousez un bouton sur un tissu épais, posez une allumette sur le bouton, puis recousez-le avec l’allumette. Ensuite, faites glisser l’allumette pour la retirer en faisant plusieurs tours de fil sous le bouton pour le consolider (source : Des vêtements pour longtemps c’est malin, de Laurence Dupin, éditions Leduc.s, 2013).

Neutraliser un 4×4, un SUV ou un quad. Dévisser le bouchon du pneu du véhicule nuisible visé. Y introduire un petit bout de bâtonnet d’allumette cassé, revisser le bouchon de telle sorte que le bout d’allumette appuie sur la valve. Le pneu se dégonflera lentement mais sûrement. Dans l’idéal, opérer la nuit pour ne pas être vu (vous risqueriez des ennuis) et dégonfler deux pneus du même côté pour que la roue de secours ne suffise pas à remettre le véhicule en état de marche et pour qu’il penche, ce sera plus spectaculaire.

Remplacer l’argent. Si vous jouez au poker entre amis et que vous n’avez pas envie de vous fâcher avec eux, remplacez l’argent par des allumettes, vous vous amuserez presque tout autant.

Faire des expériences de science amusante. Il existe plein de jeux de construction ou de manipulations à faire avec des allumettes (de préférence de taille moyenne, c’est-à-dire pas inférieures à 5,5 cm de longueur), ma préférée est le problème des trois allumettes, qui demande de faire chauffer ses méninges. Elle est très bien expliquée dans un ouvrage séculaire disponible sur le site Gallica :

le problème des trois allumettes
La science amusante, 1921, page 195. Source : Bibliothèque nationale de France.
le problème des trois allumettes
La science amusante, 1921, page 196. Source : Bibliothèque nationale de France.

Et vous, connaissez-vous d’autres choses à faire avec des allumettes ? Si oui, dites-le moi en commentaire !

Pour suivre les publications de mon journal préféré, je reçois la lettre minimale, chaque 1er jeudi du mois. Bonne nouvelle, c’est gratuit et sans engagement !

Partager cet article

À propos de l'auteur
MIGUEL DELACRUZ
Je cultive, quelque part, mon lopin de terre, que je fais tout pour transformer peu à peu en petit coin de paradis.
Articles similaires
Du même auteur
Écrire un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *