La faune sauvage filmée en direct 24/24h, sélection de livecams indiscrètes

Plus les animaux disparaissent de la surface du globe, plus ils apparaissent sur Internet. Notre sélection de livecams pour admirer en direct des ours, éléphants, zèbres, aigles, orques…

Les amoureux d’animaux exotiques n’auront plus aucun excuse pour aller faire des safaris photos en avion et en 4×4. Tout est là, sous nos yeux, accessible gratuitement sur n’importe quel terminal connecté au web et avec des coûts de pollution ridicules comparés à ceux d’un voyage. Évidemment c’est moins bien à l’écran qu’en vrai, mais à un moment il faut savoir ce que l’on veut.

Oasis dans la réserve de Madikwe (Afrique du Sud)

Colombie-Britannique (Canada), détroit de Johnston dans le fond duquel les orques viennent se gratter le dos

Centre Grace de réhabilitation des gorilles, Butembo (République démocratique du Congo)

Récif coralien à l’est de Miami (Floride, États-Unis)

Colonie de fous de Bassan, réserve des Sept-Îles (Côtes d’Armor, France)

La livecam de l’île Rouzic, un des derniers refuges pour les fous de Bassan, est visible uniquement depuis la station LPO (Ligue de protection des oiseaux) de l’île Grande. Elle a été témoin d’un drame cet été : la colonie a été décimée par la grippe aviaire, un virus propagé via nos pratiques d’élevage intensif.

À voir ici la vidéo poignante mise en ligne par la LPO il y a quelques jours :

Saumons et ours bruns dans les chutes de Brooks, parc national de Katmai (Alaska, États-Unis)

Refuge de Sacramento (Californie), une des rares zone humide préservées sur la route des oiseaux migrateurs dans le Pacifique

Requins au large de la Caroline du Nord (États-Unis)

Nid d’aigles (pygargues à tête blanches) sur les falaises de l’île Santa Catalina en Californie (États-Unis)

Pour suivre les publications de mon journal préféré, je reçois la lettre minimale, chaque 1er jeudi du mois. Bonne nouvelle, c’est gratuit et sans engagement !

Partager cet article

À propos de l'auteur
MIGUEL DELACRUZ
Je cultive, quelque part, mon lopin de terre, que je fais tout pour transformer peu à peu en petit coin de paradis.
Articles similaires
Du même auteur
Écrire un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *