Paris n’annule pas tout

En dépit des attentats massifs perpétrés le 13 novembre par les mercenaires de Daech, Paris se prépare à accueillir la 21e conférence climatique mondiale. De nombreux événements sont annulés, mais pas tous.

Photo : Emmanuelle Veil
Une des installations de l’exposition « Paris a de l’avenir » sur le bassin de La Villette (Paris 19e).

La ville hôte de la Cop21 veut montrer que malgré ses blessures, elle participera bien à la bataille pour le climat. Depuis longtemps maintenant, en sus de sa devise Fluctuat nec mergitur, elle a fait sien le slogan : « Penser global, agir local ». Une question cruciale, sachant que les centres urbains concentrent actuellement la moitié de la population mondiale et génèrent 70 % des émissions de gaz à effet de serre.

Le raout mondial des maires

Vendredi 4 décembre, Anne Hidalgo organise à l’hôtel de ville, avec son homologue new-yorkais, Michael R. Bloomberg, le sommet des élus locaux pour le climat. Cette Paris­/NY Connection doit être l’occasion pour les villes du monde de se fixer collectivement des objectifs de réduction de gaz à effet de serre et de proposer des mesures concrètes en s’assurant d’être entendus par les Etats.

La municipalité parisienne, qui déploie son modèle d’économie circulaire et cultive l’image d’une ville écolo, en profitera sans doute pour affirmer que le développement durable favorise l’attractivité d’une métropole.

Crédit image : mairie de ParisPour cela, les services de communication de la ville ne lésinent pas sur les moyens : infographies évocatrices, campagnes d’affichage et autres jeux sur le Web ­(« Cop ou pas Cop », calcul des économies de CO2) dépeignent l’image d’une capitale verte où il fait bon vivre les poumons ouverts. Ce que les Parisiens ne manqueront pas de temporiser eu égard aux smogs et autres pics de pollution dont ils auront eu à pâtir ces derniers mois.

Des aménagements urbains

Au-delà de la com’, des initiatives concrètes en faveur du climat voient le jour un peu partout. Comme le nouvel éco-quartier Fréquel-Fontarabie rue des Orteaux dans le 20e, qui associe 1000 m2  de verdure à des logements sociaux chauffés grâce à des panneaux solaires. Ou la coopérative solidaire La Louve, rue de la Goutte d’Or. Soutenu par la mairie, ce supermarché collaboratif propose à ses membres des produits bio et locaux accessibles à prix réduits en échange de trois heures de travail consécutif toutes les quatre semaines.

La ville teste aussi des modes de chauffage alternatifs qui n’ont rien de farfelu. L’école Wattignies (12e) utilise un chauffage basé sur la récupération de la chaleur présente dans les égouts, et la piscine Aspirant Dunand (14e) lui emboîtera bientôt le pas.

Plus politique, l’une des mesures emblématiques de la municipalité actuelle est l’obligation, à compter du 1er janvier 2016, pour les fournisseurs répondant aux appels d’offre, de proposer une électricité 100% renouvelable pour les bâtiments municipaux et l’éclairage public. Une révolution.

Citons également d’autres initiatives : le soutien aux ressourceries associatives, comme le Repair Café qui favorise la réparation et la réutilisation d’objets défectueux, ou le déploiement de composteurs publics, comme celui du square Héloïse et Abélard dans le 13e qui permet le recyclage local des déchets (les Parisiens produisent environ 3000 tonnes de déchets par jour), ou encore la végétalisation de 100 ha de toits.

L’exposition de prototypes


En tête de gondole de l’exposition Paris a de l’avenir, un champ de girouettes.

Des innovations seront présentées dans le cadre de l’exposition Paris a de l’avenir qui se tiendra du 18 novembre au 14 décembre sur le bassin de la Villette. D’autres seront déployées sur le parvis de l’hôtel de ville du 30 novembre au 13 décembre. L’occasion de tester le tout nouveau Vélib’ électrique grâce auquel pédaler sans se fatiguer sera bientôt possible !

Tous ces projets doivent permettre le développement de la « ville intelligente et durable » alias la smart city qui tente d’allier l’innovation technologique des start-up au développement de l’économie circulaire. Un programme sur lequel la mairie a choisi d’investir 1 milliard d’euros d’ici à 2020 et qui s’ajoute aux 800 millions votés dans le cadre du plan municipal pour la transition énergétique. Paris vaut bien ça.

Partager
Aller à la Une

À propos de l’auteur

ISABELLE TOQUEBEUF

Je préfère les petits gestes du quotidien aux lendemains qui chantent et je crois en un mode de production et de consommation respectueux de la planète et de nos amis les animaux.

Un commentaire

  1. Bravo Isabelle.
    Est-ce que la mairie propose une brochure pour présenter l’ensemble des lieux/dispositifs soutenus dans leurs actions en faveur de l’écologie?

Exprimez-vous !