Ovide Decroly, le pédagogue belge qui plaçait la nature au cœur de l’éducation

PORTRAIT. Inventeur au début du 20e siècle d’une pédagogie fondée sur les besoins de l’enfant, le docteur Ovide Decroly accordait une grande importance à l’apprentissage dans la nature.

Le Dr Ovide Decroly avec un lapin sur les genoux.
Ovide Decroly avec un lapin blanc et des élèves à l’école de l’Ermitage (photo non datée). Crédit: Fondation Ovide Decroly.

Identité
Jean-Ovide Decroly
Né à Renaix (Belgique) en 1871, mort en 1932 à Bruxelles.
Profession : neuropsychiatre, pédagogue.
Signe particulier : il appartenait à plusieurs loges franc-maçonnes.

Principal fait d’arme
Révolté par le fait que les enfants considérés comme « arriérés » (handicapés, mutiques) n’ont pas accès à l’école en Belgique, Ovide Decroly décide de les observer et élabore une méthode d’apprentissage adaptée aux besoins de ce qu’il appelle les enfants « irréguliers », un terme beaucoup moins stigmatisant. Devant les résultats spectaculaires de la méthode Decroly, fondée sur l’expérimentation et le rapport à l’environnement, il va la répliquer pour tous les enfants.

Démarche
Pour Decroly, enfermer les enfants entre quatre murs et « les condamner à rester immobiles et silencieux pendant les meilleures heures du jour et les plus belles années de leur vie » n’a pas de sens. Il estime que l’école doit se faire le plus souvent possible à l’extérieur, autour des centres d’intérêt de chacun, et que c’est en étudiant son environnement (animaux, plantes, saisons, éléments…), en prenant conscience de la globalité des choses et en réalisant des projets personnels que l’enfant peut développer les compétences essentielles dont il aura besoin pour se nourrir, assurer sa sécurité, travailler, s’entraider, réfléchir, se reposer, s’amuser.

Extrait des « causeries » du docteur Decroly pour le personnel enseignant de la ville de Bruxelles (1908-1923) :
« Ainsi il importe d’avoir dans la classe des plantes et des animaux dont les enfants puissent suivre le développement, et ces plantes et animaux ne doivent ni être rares, ni coûteux. On fera germer des graines dans la mousse : haricots, céréales, noix, noisettes, glands, faînes, marrons, châtaignes, etc. ; on plantera dans un pot un navet, une carotte, un oignon, une betterave au besoin, qui poussent leurs feuilles l’hiver; du lierre, de la pervenche, des fougères, du muguet, de l’ortie même, rapportés d’une promenade, seront aussi intéressants sinon plus qu’un pélargonium ou un palmier malingre et souffreteux.

De même des escargots, des mouches, des moustiques, des carabes, des bousiers, des cloportes, des tritons, des grenouilles, des souris blanches, des cobayes, des pigeons pourront représenter le règne animal.

Tout ce matériel, qui n’a pas besoin d’être tout le temps au grand complet, donnera chaque jour lieu à de petits exercices d’observation occasionnels dont on pourra, au besoin, noter le résultat par des moyens de représentation objectifs : modelages, dessins, graphiques au moyen de haricots, etc. […]

Ovide Decroly
Dr Ovide Decroly.

1) Puisqu’il faut préparer l’enfant à la vie, il est d’une logique banale de l’initier à ce qu’est la vie ;

2) La vie impliquant deux choses essentielles, d’une part l’être qui en est doué, et d’autre part le milieu qui l’enveloppe, cette initiation peut se partager en deux parties :

  1. La connaissance de l’être vivant en général et de l’homme en particulier ;
  2. Celle de la nature, y compris l’espèce humaine en tant que groupement et considérée comme formant une partie du milieu.

Si l’école pouvait arriver au moins d’une manière suffisante à remplir ce double but, à faire comprendre ces deux mécanismes, sa tâche serait remplie. »

Une vidéo de France Culture qui présente la méthode Decroly, appliquée en Finlande :

Bio express
1901 : À la demande de la Société de Pédiatrie, il ouvre à Bruxelles l’Institut d’Enseignement Spécial – Laboratoire psychologique du Dr Decroly, destiné aux déficients mentaux des deux sexes.

1907 : Il crée l’École de l’Ermitage, un établissement mixte, lui aussi, mais cette fois pour les enfants dits « normaux ».

1921 : Il cofonde la Ligue internationale de l’Éducation Nouvelle, avec entre autres l’italienne Maria Montessori, le suisse Adolphe Ferrière et l’Américain John Dewey. Le but de cette ligue est de proposer une éducation populaire beaucoup plus égalitaire, vivante et inclusive afin de pacifier la société et d’éviter une deuxième Guerre mondiale.

Réseau
Influences : dans sa bibliothèque, on trouvait Rabelais, Montaigne, Pestalozzi, Jean-Jacques Rousseau, Diderot, Spencer, Robin. Decroly s’est aussi inspiré de Cecil Reddie, pédagogue britannique, fondateur à la fin du 19e siècle de l’école nouvelle d’Abbotsholme où le sport et sa logique de compétition sont remplacés par les travaux manuels et les travaux des champs.

Il existe quelques écoles Decroly dans le monde, la plus ancienne se trouve à Bruxelles (Uccle), il y en a une aussi à Paris (école publique située à saint-Mandé) qui fut fondée par des Résistants. La méthode Decroly a irrigué les systèmes éducatifs de plusieurs pays d’Europe du Nord et d’Amérique latine.

Pour suivre les publications de mon journal préféré, je reçois la lettre minimale, chaque 1er jeudi du mois. Bonne nouvelle, c’est gratuit et sans engagement !

Partager cet article

À propos de l'auteur
EMMANUELLE VEIL
Journaliste, co-fondatrice du journal minimal, je suis spécialiste des questions de société.
Articles similaires
Du même auteur
Écrire un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *