Mies van der Rohe, l’architecte radical qui a mis le minimalisme dans le fruit capitaliste

Adepte du less is more (moins c’est plus), l’architecte Mies van der Rohe est considéré comme le père du minimalisme moderne, un courant culturel qui, dès les années 1960, s’oppose aux falbalas de la société de consommation.

Ludwig Mies van der Rohe, architecte, pris en photo devant une maquette.
L’architecte star Ludwig Mies van der Rohe, un véritable dandy, adepte du less is more. Photo: DR.

Identité
Ludwig Mies van der Rohe
Né en 1886 à Aix-La-Chapelle (Allemagne), mort en 1969 à Chicago (États-Unis).
Profession : Architecte et designer.
Signe particulier : Grand amateur de cigares Dunhill, il en avait toujours un à la main.

Principal fait d’arme
Chargé de réaliser le Pavillon allemand à l’Exposition universelle de 1929 à Barcelone, il présente un édifice révolutionnaire. Le bâtiment, dont les structures sont apparentes, fait table rase des ornementations et tente même de s’affranchir des murs pour mieux s’intégrer à la nature. À l’intérieur il n’y a quasiment pas de meubles, juste quelques éléments scellés au sol, dont la fameuse chaise Barcelona, qu’il conçoit avec sa partenaire Lilly Reich, et qui est inspirée de sièges royaux dans l’Antiquité.

La pavillon allemand de Mies van der Rohe
Le Pavillon allemand, Barcelone, 1929. Il était composé de marbre, d’acier et de verre. Il n’existe plus mais une réplique a été construite dans les années 1980.
La chaise Barcelona de Mies van der Rohe et Lilly Reich, à l'intérieur du pavillon allemand.
La chaise Barcelona de Mies van der Rohe et Lilly Reich.

Démarche
Mies van der Rohe s’empare des matériaux de la révolution industrielle – verre, acier et béton armé – pour élaborer un style simple, neutre et brut, qu’on appellera le « style international ». En décidant de privilégier la fonctionnalité à l’apparence, de traquer le superflu, et en affirmant que le geste architectural constituait avant tout à créer du vide, Ludwig Mies van der Rohe a révolutionné le design et l’architecture au 20e siècle. Considéré comme le père du minimalisme moderne, c’est lui qui dans les années 1960 a popularisé le slogan less is more (moins c’est plus), qui allait ensuite se répandre dans tous les autres arts et remettre en cause, mine de rien, les fondements de la société de consommation.

Extraits

Visite du mythique Seagram Building à New-York, érigé en 1958 et qui symbolisait l’essence du slogan less is more. Ironie du sort, ce gratte-ciel aux larges baies vitrées est aujourd’hui très énergivore.
Smoking or not smoking ?

Bio express
• 1926 : Il dessine les plans du mémorial en hommage aux socialistes révolutionnaires assassinés, Rosa Luxemburg et Karl Liebknecht. Le monument sera détruit par les nazis.
• 1930 : Il est nommé directeur de l’école du Bauhaus.
• 1938 : Malgré son adhésion à la Chambre de la culture du Reich, il échoue à recevoir des commandes de la part du régime nazi. Adilf Hitler ira même jusqu’a piétiner l’une de ses maquettes, qu’il juge décadente. Ludwig Mies van der Rohe s’exile alors aux États-Unis et s’installe à Chicago, où il commence à construire des gratte-ciel épurés.

Réseau
• Son mentor est l’architecte Peter Behrens, cofondateur de la Deutscher Werkbund (« Union de l’œuvre allemande »), une association destinée à promouvoir l’innovation dans les arts appliqués à l’industrie. Recruté dans son agence au début du 20e siècle, Mies van der Rohe y croise Le Corbusier et Walter Gropius, futur fondateur du Bauhaus.
• Membre du groupe Novembre, fondé au lendemain de la Première guerre mondiale par des artistes et des architectes expressionnistes partisans d’une révolution socialiste, il côtoie les grands artistes de son temps : Wassily Kandinsky, Otto Dix, George Grosz, Kurt Weill.
• Il sympathise aux États-Unis avec son aîné Frank Lloyd Wright, l’une des grandes figures du style Prairie, ces maisons horizontales fondues dans l’environnement, à la japonaise.

Pour suivre les publications de mon journal préféré, je reçois la lettre minimale, chaque 1er jeudi du mois. Bonne nouvelle, c’est gratuit et sans engagement !

Partager cet article

À propos de l'auteur
CAMILLE IZENAH
Professeur de SVT au collège, j’essaye de transmettre à mes élèves l’amour et le respect de la nature.
Articles similaires
Du même auteur
Écrire un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *