L’Art d’aller à l’essentiel

Dans son best-seller L’Art d’aller à l’essentiel, le blogueur minimaliste Léo Babauta donne des conseils pratiques pour simplifier sa vie.

La couverture de l'art d'aller à l'essentiel, de Leo Babauta
L’art d’aller à l’essentiel, de Léo Babauta. Photo: Miguel Delacruz.

Le genre
Manuel de développement personnel.

Le pitch
Comment se concentrer sur l’exécution de nos tâches malgré les écrans, les sonneries, les sollicitations permanentes auxquelles nous sommes soumis ? Comment organiser nos journées, prioriser nos actions quotidiennes, réduire le nombre de nos projets ? Bref, comment alléger nos vies et en faire moins, pour finalement réussir davantage de choses ? En obéissant à quelques règles de base.

L’auteur
Admirateur d’Henry David Thoreau [lire à ce sujet notre fiche de lecture sur Walden ou la vie dans les bois, N.D.L.R.], Léo Babauta est une des stars du minimalisme aux États-Unis. Végane et très sportif, il est devenu célèbre en 2008 avec la publication de son premier guide, L’Art d’aller à l’essentiel (titre original : The Power of Less), écrit dans le prolongement de son blog Zen Habits.

Mon humble avis
Ce manuel pour mener une vie simple est vraiment concret : on y apprend par exemple comment se fixer des limites, ranger son bureau, traiter ses mails, décomposer les tâches en sous-tâches, dire non aux obligations…

Ce qui m’a encouragé à suivre les conseils de l’auteur, c’est que lui-même est un minimaliste accompli : il se lève tôt, médite, semble faire ce qui lui plaît dans la vie et arrête de travailler suffisamment tôt dans la journée pour passer du temps avec sa femme et ses six enfants.

Ses conseils sont des sortes de raccourcis qu’il a découverts et qu’il nous transmet, comme par exemple : chez soi, ne pas avoir plus de 2 objets par pièce, ne pas gérer plus de 3 projets en même temps, ne pas faire de shopping sans s’être fixé une limite à ne pas dépasser (genre : « pas plus de 100 € »), ne pas écrire de mails de plus de 5 lignes, etc.

Le livre apprend vraiment à se poser les bonnes questions et est devenu pour moi un ouvrage de référence. On le trouve en poche, traduit en français et à prix mini. Un seul bémol : l’édition que j’ai n’est pas formidable, les pages, mal collées, ont tendance à se détacher…

Une phrase du livre
« Quoi que vous fassiez, que ce soit du travail, vous brosser les dents, prendre une douche, préparer le dîner ou aller au travail en voiture, ralentissez. »

Un extrait du livre
« Ne mettez pas la charrue avant les bœufs !
La plupart des méthodes pour être plus efficaces vous apprennent à faire les choses plus rapidement sans réfléchir à leur véritable utilité. Elles vous donnent des astuces pour gérer les impératifs, les urgences et les informations qui vous assaillent, mais sans faire la distinction entre ce qui est important et ce qui ne l’est pas. Et vous finissez pas faire tout ce qui vous tombe dessus. Vous vous retrouvez à la merci de n’importe quelle lubie ou requête. Pour éviter cela, à chaque fois que vous apprêtez à faire quoi que ce soit, demandez-vous si c’est vraiment essentiel. Que vous réfléchissiez à ce que vous souhaitez faire dans la journée, la semaine, l’année ou votre vie en général, à quels mails répondre, à ce que vous pouvez vous permettre d’acheter ce mois-ci en tenant compte de votre budget limité, ou à la manière de remettre de l’ordre dans votre bureau ou votre maison, ne perdez jamais de vue l’essentiel. C’est ça mettre les bœufs avant la charrue et non l’inverse : d’abord repérer l’essentiel, puis organiser votre planning. »

Leo Babauta, L’art d’aller à l’essentiel, (préface d’Olivier Roland), Éditions Leduc.s, 2012, 224 pages.


Pour une presse en accès libre et sans publicité, devenez mécène du journal minimal :

Harold, herisson, ordinateur, erwann terrier, mascotte, dessin

Je fais un don

Partager
Aller à la Une

À propos de l’auteur

MIGUEL DELACRUZ

Je cultive, quelque part, mon lopin de terre, que je fais tout pour transformer peu à peu en petit coin de paradis.

Exprimez-vous !