Ce libraire tokyoïte ne vend qu’un livre

Reportage à Tokyo : une nouvelle librairie propose depuis quelques mois un seul livre à la vente. Le maître des lieux, Yoshiyuki Morioka, se positionne contre la surabondance.

Photo : Camille Delbos
Yoshiyuki Morioka, le fondateur de la librairie, à son bureau. Photo: Camille Delbos

Quelle est cette petite boutique vers laquelle les gens se pressent, dans une ruelle du quartier Ginza, l’épicentre historique du shopping à Tokyo ? « Une seule pièce avec un seul livre », est-il écrit sur la devanture de la toute jeune librairie Morioka, ouverte depuis le 5 mai 2015.

Le fondateur du lieu, Yoshiyuki Morioka, y promeut chaque semaine un ouvrage de son choix. Le lieu lui-même participe de ce retour à l’essentiel. Les murs, sol et plafond en béton brut ont été recouverts d’une peinture blanche. Pour tout mobilier la librairie compte des tréteaux, deux planches et un comptoir à tiroir faisant office de bureau.

Photo : Camille Delbos
L’intérieur de la Morioka Shoten. Photo: Camille Delbos
Photo : Camille Delbos
Détail du mobilier de la Morioka Shoten. Photo: Camille Delbos

Un strict minimum qui d’après Yoshiyuki Morioka invite à se focaliser sur le livre du moment et son univers : « Ici, le lecteur est invité à entrer dans un livre, comme on entre dans une pièce. »

Pour ce faire, le libraire sélectionne des créations en lien avec l’ouvrage de la semaine – peintures et autres supports –, et transforme le lieu en une galerie dont l’œuvre centrale est le livre de la semaine.

Photo : Camille Delbos
Le libraire se laisse la liberté de présenter un large panel de livres, du roman à l’ouvrage artisanal. La sélection de la semaine, Angel’s Whisper, est une œuvre de calligraphie européenne de Miwako Kawaminami. Photo: Camille Delbos
Photo : Camille Delbos
L’exposition de calligraphie et enluminure en lien avec Angel’s Whisper de Miwako Kawaminami, l’ouvrage de la semaine. Photo: Camille Delbos

La majorité du temps, il n’expose qu’une seule copie de l’ouvrage. Il arrive qu’il en dispose plusieurs, cela dépend du livre.

Les visiteurs s’adaptent : passants ou habitués, ils feuillettent l’ouvrage, parfois l’unique exemplaire mis à disposition, chacun à leur tour. La configuration, la proximité, l’objet unique, tout ici incite à l’échange. Engager la conversation, voilà ce que souhaite Yoshiyuki Morioka.

Photo : Camille Delbos
Quelques visiteurs font la queue à l’entrée de l’étroite librairie. Photo : Camille Delbos
Photo : Camille Delbos
Yoshiyuki Morioka devant la librairie, en compagnie d’Aiko Hayakawa, interprète. Photo : Camille Delbos

Le maître des lieux baigne dans le monde du livre depuis près de 20 ans maintenant. Il a commencé à Kanda, le quartier des ouvrages d’occasion de Tokyo, avant d’ouvrir une première librairie conventionnelle. Pendant plusieurs années, il a organisé des soirées de lecture autour d’un livre, souvent en présence de l’auteur.

CRÉER UN ESPACE DE RENCONTRE ENTRE AUTEURS ET LECTEURS

« J’ai eu alors envie de revenir à ce qu’est pour moi l’essence de mon métier. Faciliter la rencontre. Mon idée était de créer un espace physique où puisse émerger cette heureuse et authentique conversation entre les écrivains et les lecteurs, un livre à la fois », explique-t-il.

Lorsque, son idée en tête, il s’est mis en quête d’un lieu adapté pour concrétiser sa vision, il est tombé sous le charme de cet espace situé au rez-de-chaussée du bâtiment Suzuki.

Photo : Camille Delbos
Vue de l’immeuble Suzuki, en briques rouges au premier plan. Photo : Camille Delbos

Construit en 1929, l’édifice classé au patrimoine de la ville a accueilli dans les années 30 la maison d’édition Nippon-Kobo. Cette dernière a édité Nippon, le premier magazine de propagande d’État destiné à promouvoir à l’étranger une certaine vision de la modernité japonaise, à travers la photographie et le design.

Couverture du magazine Nippon, 1934
Couverture du premier numéro du magazine Nippon (1934), une volonté de promouvoir une certaine combinaison de la modernité et de la tradition.

Le libraire s’amuse de la coïncidence, car il se voit à son tour dans un acte de « propagande », en tout cas dans un plaidoyer pour une nouvelle forme de modernité : celle du minimalisme et de l’authenticité.

Photo : Camille Delbos
Atelier au sous-sol de la librairie, une introduction à la calligraphie et l’enluminure par Miwako Kawaminami, auteure d’Angel’s Whisper, le livre de la semaine. Photo: Camille Delbos
Photo : Camille Delbos
Les participants découvrent la calligraphie et l’enluminure en lien avec le livre. Photo: Camille Delbos

Tout au long de la semaine, Yoshiyuki Morioka organise des rencontres avec l’auteur pour stimuler cette entrée dans l’univers du livre. Il investit le sous-sol de la librairie, parfois pour des ateliers en lien avec l’ouvrage. Ce désir relationnel n’est pas sans conséquence. Lorsqu’il parle chiffres, le libraire sourit, conscient d’être en dehors des ratios du métier. « Une trentaine de titres ont été présentés ici depuis l’ouverture de la librairie. Pour le même espace, une boutique conventionnelle pourrait référencer jusqu’à 3 000 titres ! »

Photos : Camille Delbos

Photo : Camille Delbos
Détail de la devanture et adresse. (La librairie n’a pas de site Internet.) Photo : Camille Delbos
Partager
Aller à la Une

À propos de l’auteur

ESRA TAT

Ex-entrepreneure sociale, j’accompagne aujourd’hui des initiatives à impact positif, quand je n’œuvre pas pour l’empowerment des femmes. Le tout à distance, puisque depuis 2015, je m’essaye à une vie nomade et « décentralisée » d’un bout à l’autre du monde.

4 commentaires

  1. Bonjour,
    Il serait intéressant d’en savoir plus sur le modèle économique de cette librairie hors-normes, qui relève finalement plus de la galerie d’art que de la librairie. Merci pour cette découverte !

    • ESRA TAT

      Bonjour Caroline,
      Le maître des lieux possède également une seconde librairie plus conventionnelle. Il reste cependant très discret sur l’équilibre économique global de ses boutiques.

    • EMMANUELLE VEIL
      EMMANUELLE VEIL le

      Bonjour Nicolas, mais nous y avons pensé, l’adresse est sur la dernière photo, comme l’indique la légende 😉 Êtes-vous à Tokyo ?

Exprimez-vous !