Épisode 1 : Un noctambule au fond de mon jardin

Voici le 1er épisode de Totoro le hérisson, notre nouveau feuilleton consacré à ce petit animal protégé, qui a trouvé refuge chez l’écrivain Fabien Maréchal.

Nevit Dilmen
© Nevit Dilmen.

Les hérissons, décimés dans les campagnes par l’agriculture intensive et les pesticides, se retranchent en catimini dans les périphéries urbaines. J’en nourris depuis plusieurs années, à Gagny, en Seine-Saint-Denis.

Pour savoir si votre jardin en abrite à votre insu, tendez l’oreille après le crépuscule. Car Erinaceus europaeus, une espèce protégée, est noctambule. Plusieurs bruits peuvent trahir sa présence : craquement de coquille (il croque un escargot), grattement prolongé (ses puces ‒ d’une espèce n’affectant ni humains, ni chats, ni chiens ‒ le démangent), éternuement dans la haie. Autre signe révélateur : une fine crotte sombre, longue de 2 ou 3 cm.

Cette année, j’ai observé un couple se promenant dans mon futur carré de tomates vers la mi-mars, au sortir de l’hibernation. Mais, hormis à la corpulence, impossible de savoir si ce sont des nouveaux ou des habitués. Aucune importance, je les baptise tous Totoro.

NE LEUR DONNEZ JAMAIS DE LAIT

Pour aider le hérisson qui squatte chez vous ou fidéliser un visiteur occasionnel, il suffit d’une écuelle avec des croquettes pour chat humidifiées et d’une écuelle d’eau. Placez-les dans un lieu tranquille, susceptible d’être un point de passage (dans une allée en creux, le long d’un mur). Renouvelez l’expérience ‒ et les croquettes ! ‒ plusieurs soirs d’affilée. Surtout : jamais de lait (les hérissons en raffolent, mais en meurent) ni de pain, et jamais d’anti-limace chimique dans le jardin (les hérissons ingèrent ensuite escargots et limaces mourants.)

Une astuce héritée de mon père pour éviter que les matous ne vident la gamelle de Totoro : placez-la dans une cage à oiseau. L’ouverture est juste assez grande pour que le hérisson, véritable contorsionniste, s’y faufile, tandis que le chat restera à la porte.

photo: Fabien Maréchal
L’ouverture de la cage à oiseaux laissera passer le hérisson, pas le chat. Les briques la maintiennent en place si l’un ou l’autre la pousse (photo: Fabien Maréchal).
photo: Fabien Maréchal
Totoro surpris en plein repas. N’oubliez pas le baquet d’eau à la sortie (photo: Fabien Maréchal).
La Semaine du hérisson
Du 30 avril au 6 mai se tient la Semaine de sensibilisation au hérisson européen, une opération organisée en France et au Royaume Uni par des associations et des vétérinaires spécialisés dans la sauvegarde de cette espèce. Toutes les infos ici : sauvonslesherissons.fr
La pétition Sauvons les hérisson en danger, parrainée par Laurent Baffie.
À lire : franceinter.fr/qui-veut-la-peau-du-herisson
Semaine du hérisson

« Moins de voitures, plus de hérissons », soutenez le journal minimal.

Partager
Aller à la Une

À propos de l’auteur

FABIEN MARÉCHAL

Journaliste au magazine National Geographic France, auteur, j’essaie de débusquer dans ma banlieue de Seine-Saint-Denis quelques atomes d’enfance à la campagne.

2 commentaires

  1. J’adore les hérissons, j’en ai eu un autrefois et j’espère en attirer de nouveaux avec ma cage à lapin. Bravo pour ce conte du hérisson.

    • Merci à vous ! La preuve que les cages, en fait, c’est extra… quand elles sont ouvertes !

      2

Exprimez-vous !