Épisode 5 : La bonne chère, pour préparer l’hibernation

Notre hérisson du « neuf-trois » se montre plein d’appétit. Et pas seulement pour la nourriture, le coquin… Un regain de forme annonçant une période beaucoup plus calme.

Totoro le hésisson devant son écuelle. Crédit photo : Fabien Maréchal.
Crédit photo : Fabien Maréchal.

Totoro caracole encore et toujours dans mon jardin du 93 et chez les voisins. L’autre nuit, je le croise en pleine rue. Une autre fois, il me passe entre les pieds alors que je suis assis sur une chaise au milieu de l’herbe, puis il part inspecter le carré de tomates.

Un regain de forme sans doute dû à la météo pluvieuse de ces derniers temps. Des averses, encore des averses et donc du ver de terre, de l’escargot et de la limace en masse.

AMIS OU AMANTS ?

Mais Totoro en cette rentrée ne fait pas que manger. J’ai un scoop : son rival pour les croquettes (voir l’épisode 2), que j’avais surnommé « Petit Totoro » à cause de son gabarit plus modeste, est en réalité une « Petite Totoro ». Du moins, si j’en crois la scène torride que je surprends en lisière des hémérocalles.

Calmons tout de suite nos lecteurs. Non, l’accouplement des hérissons ne ressemble pas à un épisode de SM, monsieur embroché sur les piquants de madame. Celle-ci rabat ses pointes vers l’arrière, et c’est dans l’universelle position animale de la levrette que s’ébattent les amants, avec des respirations évoquant la sensualité d’une pompe à vélo en pleine action.

Abandonnant sa compagne au bout de quelques minutes, Totoro trotte directement vers l’écuelle qui se trouve à moins de deux mètres de là, pénètre sous la cage qui l’abrite, et se met à dévorer ses croquettes. Alors, heureux ?

« BONNE NUIT TOTORO »

En automne, les températures baissent, surtout la nuit. C’est l’heure pour Totoro de se mettre à l’abri. Sous des feuilles, des branches, dans un tas de bois… La période d’hibernation commence vers la fin du mois de septembre, avec une succession de phases de sommeil et de courts réveils (une fois par semaine au moins, même en plein janvier) qui l’amèneront, si tout va bien, jusqu’à la fin de l’hiver.

La dernière fois que nous l’avons aperçu, il s’était faufilé derrière la cuisine, là où nous stockons les bouteilles en attente de recyclage. Alertés par un bruit de verres entrechoqués, nous avons découvert Totoro la truffe dans un pot de pâte à tartiner au chocolat. Sans doute son dessert. Et maintenant : au lit !

Retrouvez ici les précédents épisodes de Totoro le hérisson.


Cet article vous a intéressé ? Le journal minimal est en accès libre et sans publicité grâce au soutien de ses lecteurs : faire un don (réduction fiscale de 66%).

Partager
Aller à la Une

À propos de l’auteur

FABIEN MARÉCHAL

Journaliste au magazine National Geographic France, auteur, j’essaie de débusquer dans ma banlieue de Seine-Saint-Denis quelques atomes d’enfance à la campagne.

2 commentaires

Exprimez-vous !