Épisode 9 : Après avoir été décimée, la famille renaît de ses cendres

Après la mort de son mari et de ses enfants l’an passé, et malgré de gros travaux près du jardin, Madame Totoro vient de donner naissance à deux petits.

Totoro petit herisson
Un petit Totoro junior, né au printemps 2018 (prise de vue: Fabien Maréchal). Voir la vidéo plus bas.

Madame Totoro aurait-elle un côté star ? Dès la parution de notre 8e épisode (La survivante, réapparue après l’hibernation), elle s’est montrée plus souvent dans le jardin. Vers la mi-mai, après une période de visites erratiques, elle a retrouvé son rythme de croisière du côté de la gamelle à croquettes pour chatons.

Hélas, une épreuve l’attendait : de gros travaux. Des empilements de plaques de polystyrène ont envahi le côté ouest du jardin, puis des tas d’échafaudages partout, des pots de peinture, des produits à vous griller la truffe. Un lundi, le fracas des grandes manœuvres a commencé. L’appentis a été démoli, projetant des morceaux de béton un peu partout. La végétation alentour, le mûrier, la fougère ? Un massacre. Un coin en moins où trouver à manger.

LE CHANTIER PROLONGÉ

Mais il y avait pire que les gravats, le vrombissement des engins et les obstacles de seaux, d’outils, de ferraille : une drôle de neige constituée de millions de grains tout mous se dispersant aux quatre vents, tapissant le jardin. Une neige de polystyrène que chaque plaque d’isolant découpée venait épaissir.

Pourtant, presque tous les soirs, la gamelle dans le carré d’herbes folles, côté Est, était vidée au moins en partie. Une semaine, deux semaines… Madame Totoro résistait. Après un épisode de chaleur, une belle série de pluies et d’orages a fait pousser la végétation et ressortir les gastéropodes. Hélas, toute cette eau ne faisait que prolonger le chantier.

Nous avons prévenu l’entrepreneur. Pas touche au tas de bois sur l’arrière du garage ! Mais, un soir, en rentrant du travail, scène d’horreur : un tas de tuiles empilées juste devant le fameux tas en interdit toute sortie par le bas pour ses éventuels habitants. J’ai quand même rempli la gamelle. Après tout, j’avais déjà vu des hérissons escalader les bûches et branches.

Le lendemain, soulagement : gamelle vide. Madame Totoro avait-elle réussi à s’évader, ou avait-elle déjà adopté une autre cache ? Peut-être même dans un autre jardin ?

LA FAMILLE HÉRISSON

Au bout d’un mois, les échafaudages ont été démontés, les gravats emportés. Le silence est revenu. Mais il restait des billes de polystyrène le long de tous les rebords d’allée – ceux que les hérissons adorent longer –, et parfois d’épaisses couches sous des touffes d’herbe. Impossible de nettoyer ça au balai. Une tentative de passage d’aspirateur en extérieur s’est soldée par une démission éclair de l’engin. Madame Totoro n’allait sûrement pas accepter cet habitat insalubre bien longtemps…

Et puis, le soir du 18 juin s’est annoncé par un vol de perruches vert et rouge au-dessus du quartier. Les martinets effectuaient leurs dernières rondes en piaillant avant de regagner l’avant-toit du petit immeuble d’en face. Peu après 21 heures, un remue-ménage inhabituel a agité la haie de bambous et de troènes. Oh, un hérisson… Tiens, mais… Pas le même que d’habitude… Plus petit… Nettement plus petit. Un jeune ! Et là, près des fleurs orange des hémérocalles… Un deuxième !

Deux jeunes se cherchent. Vers le début, on entend leur petit cri, qui est aussi celui qu’ils poussent quand ils appellent leur mère.

Vite, une nouvelle gamelle a été installée du côté de la haie. En revenant à la cuisine avec le paquet de croquettes, un dernier émerveillement m’attendait sur le mur de la maison : un énorme criquet marron aux ailes translucides, long de plus d’une demi-douzaine de centimètres. Je n’en avais encore jamais vu d’aussi grand dans le jardin.

Bref, pendant que nous nous rongions les sangs pour Madame Totoro, celle-ci avait tranquillement mis bas dans une cachette connue d’elle seule. Deux jours plus tard, je l’ai aperçu accompagnée de ses deux Totoro Jr.

Quelle conclusion en tirer ? Soit l’éparpillement du polystyrène et autres plastiques est très favorable à la faune. Soit un Monsieur Totoro traîne aussi ses piquants dans le coin. Nous vous le présenterons dès qu’il nous fera l’honneur d’une visite.

Un jeune hérisson, après une pause snack, a un peu de mal à trouver la sortie de la cage à oiseaux.


Moins de voitures, plus de hérissons ? Vous aussi, soutenez le journal minimal !

Herisson-tirelire par Erwann TerrierJe fais un don

Partager
Aller à la Une

À propos de l’auteur

FABIEN MARÉCHAL

Journaliste au magazine National Geographic France, auteur, j’essaie de débusquer dans ma banlieue de Seine-Saint-Denis quelques atomes d’enfance à la campagne.

Exprimez-vous !