Première grève scolaire pour le climat: « Allez, on va à l’Élysée! »

Pour leur première grève scolaire climatique, vendredi 15 février devant le ministère de la Transition écologique, les jeunes ont été complétement encerclés par les CRS. Reportage.

Manifestation pour le climat 15 fevrier 2019, Paris.
Photo : Marjolaine Sirieix.

À la sortie du métro Saint-Germain-des-Prés, un grand ciel bleu s’abat sur moi, on sent le printemps arriver bien que nous ne soyons que le 15 février. Me voilà à la recherche de la jeunesse qui s’est donné rendez-vous devant le ministère de la Transition écologique (246 bd Saint-Germain, Paris 7e) pour protester contre l’inertie de l’État français face au dérèglement climatique.

Le mouvement, mondial, a été lancé à l’initiative de la jeune suédoise Greta Thunberg : ce sont les enfants, maintenant, qui donnent des leçons aux parents… Certains commencent en séchant les cours tous les vendredis, ce sont les « Climate Friday », mouvement solidaire et très certainement une nouvelle façon d’apprendre à devenir activiste et citoyen.

PLUS LE PRIX EST ÉLEVÉ, PLUS IL EST ILLISIBLE

Boulevard Saint-Germain, l’ambiance est étrangement calme. Je passe devant Les Deux Magots, Le Flore, remplis de touristes et de quelques Français qui se prélassent en terrasse… et je m’arrête devant la vitrine Louis Vuitton international. Il y a là, empilées, les fameuses malles monogrammées, je tente de lire une sorte de cartel où sont inscrits les prix. Mais plus le prix est élevé, plus il se fait discret, voire illisible… en zoomant à l’aide de mon smartphone, je finis par saisir les zéros qui me séparent d’une malle : cette valise coûte 6 000 €. Le magasin est pour l’instant vide, deux vendeuses papotent en attendant l’arrivée d’un(e) client(e) fortuné(e).

La vitrine Louis Vuitton, les valises
Photo : Marjolaine Sirieix.

Au croisement de la rue du Bac, la rumeur enfin se manifeste : un chant polyphonique résonne, j’ai l’impression d’entendre scander les battements d’un cœur en colère face à l’état d’urgence climatique et sociale. Devant le ministère de la transition écologique, en première ligne, il y a une quinzaine de fourgons de police et un cordon de CRS : les grévistes sont séquestrés dans un tout petit périmètre. Je me faufile mais il est difficile de se déplacer parmi les jeunes car ils sont entassés comme des poulets en batterie, sans aucune liberté de mouvement.

Manifestation pour le climat 15 fevrier 2019, Paris.
Photo : Marjolaine Sirieix.
Manifestation pour le climat 15 fevrier 2019, Paris.
Photo : Marjolaine Sirieix.
Manifestation pour le climat 15 fevrier 2019, Paris.
Photo : Marjolaine Sirieix.

J’essaye d’entamer la discussion avec un CRS : « Ils sont vraiment tous très jeunes, c’est touchant de voir ces enfants rassemblés, cela doit vous changer des gilets jaunes, c’est plus reposant, non ? » Je le cherche un peu… Il me répond un « Bonjour » comme pour me signifier qu’on doit mettre les formes avant de s’adresser à un CRS. Il est sur la défensive, en demande de respect, je le comprends, je lui donne le « Bonjour » officiel et je retente ma chance : « Mais vous ne trouvez pas cela légitime, vous n’êtes pas d’accord avec eux ? » Il me répond fermement qu’il n’a pas le droit de donner son avis, et je me dis que c’est justement ça le problème, le fait de travailler à notre perte sans avoir le droit de donner notre avis.

Une nostalgie m’envahit en voyant l’innocence de cette jeunesse qui revendique la liberté. Il y a ces jeunes filles que je photographie, nous discutons, elles sont heureuses d’être là, de faire quelque chose, d’échanger, fières de montrer leur engagement, fières de se mobiliser pour une cause juste et urgente, elles rayonnent. Ce qui les fait rayonner, n’est pas de l’uranium, personne n’arrivera à bout de cette énergie et pourtant c’est elle qu’on veut museler partout pour continuer dans le fossile.

Manifestation pour le climat 15 fevrier 2019, Paris.
Photo : Marjolaine Sirieix.
Manifestation pour le climat 15 fevrier 2019, Paris.
Photo : Marjolaine Sirieix.
Manifestation pour le climat 15 fevrier 2019, Paris.
Photo : Marjolaine Sirieix.
Manifestation pour le climat 15 fevrier 2019, Paris.
Photo : Marjolaine Sirieix.
Manifestation pour le climat 15 fevrier 2019, Paris.
Photo : Marjolaine Sirieix.

Je me rappelle vaguement que des êtres heureux et solidaires n’ont pas tellement besoin de consommer. Les filles ont des fleurs vertes sur les joues, certains garçons sont des cœurs verts, ils les portent sur leurs joues eux aussi, comme leurs ancêtres du flower power, ce qui montre bien qu’une révolution avortée nous a mis cinquante ans dans la vue et explique en partie pourquoi nous en sommes là.

Un jeune plus zélé que les autres, avec son mégaphone, s’écrie : « Allez, on va à l’Élysée ! » Ses ailes se ratatinent rapidement sur un bouclier de CRS qui l’empêche littéralement de sortir du périmètre. Personne ne peut sortir, nous sommes piégés, seules nos voix peuvent passer, les slogans s’enchaînent : « Et 1, et 2, et 3 degrés ! C’est un crime contre l’humanité ! » puis « Macron, démission ! » puis « On est plus chauds, plus chauds., plus chauds que le climat ! » puis un grand « AAaaahaaaahh… (à la Cloclo) puis un « Anti, anti, anti, anti, anticapitaliste ! » Voilà, le capitalisme n’est plus grand chose, à peine une image de malheur, une prédation dont parlent avec pertinence les samedis jaunes et les vendredis verts.


En accès libre, sans publicité, à but non lucratif, le journal minimal milite pour le retour à l’essentiel, rejoignez nos contributeurs :

Harold, herisson, ordinateur, erwann terrier, mascotte, dessin

Moi aussi je fais un don (défiscalisé à 66 %)

Partager
Aller à la Une

À propos de l’auteur

MARJOLAINE SIRIEIX

J'ai oublié que j'ai été graphiste/dessinatrice/maquettiste/directrice artistique, je m'intéresse de plus en plus à l'artisanat, à l'âme du monde dans la matière, aux transmutations du vivant et au... déo maison !

Exprimez-vous !