Manifeste pour une justice climatique : comment nous allons sauver le monde

Édité à 120 000 exemplaires et vendu 3,90 €, le petit livre jaune du collectif Notre affaire à tous appelle à trainer devant les tribunaux les firmes publiques et privées qui saccagent notre planète.

Comment nous allons sauver le monde, manifeste pour une justice climatique
Comment nous allons sauver le monde, manifeste pour une justice climatique, Massot Éditions, 2019.

Le genre
Manifeste.

Le pitch
Ce manifeste pour une justice climatique raconte les combats menés dans le monde entier par une nouvelle génération d’êtres humains : agriculteurs empoisonnés par Monsanto-Bayer, adolescents révoltés par la perspective de grandir sur une Terre-poubelle, scientifiques effarés par le laisser-faire des gouvernements alors que tous les indicateurs sont dans le rouge.

L’auteur
L’ouvrage a été rédigé par Notre affaire à tous, l’association fondée en 2015 par la juriste et militante écologiste Marie Toussaint [candidate EELV à l’élection européenne sur la liste de Yannick Jadot, N.D.R.] afin de faire émerger une justice climatique en France. La jeune femme est également à l’origine de la pétition l’Affaire du siècle, qui a réuni plus de 2 millions de signatures pour demander à l’État français de respecter ses engagements en matière de lutte contre le dérèglement climatique.

Mon humble avis
Agréable à manipuler, léger et vite lu, ce petit livre de 34 pages en papier recyclé va droit au but : on y trouve les chiffres essentiels (du rapport Meadows aux dernières études climatologiques), les figures de proue du grand combat pour la planète (Dewaine Lee Johnson, Greta Thunberg, Urgenda…), les grandes victoires obtenues (reconnaissance du Gange comme une entité vivante, interdiction du glyphosate au Sri Lanka, retour des baleines à bosse au large de New-York après la décontamination de l’Hudson River…).

Comment nous allons sauver le monde, manifeste pour une justice climatique
Le manifeste, brandi pendant la Marche du siècle pour le climat, Paris, 16 mars 2019. Photo: Éric Coquelin.

Une phrase du livre
« Une toile se tisse autour de la planète, c’est le réveil, c’est la vie, le pas déterminé de la jeunesse qui manifeste et crie son inquiétude face à l’avenir qui se ferme. »

Extrait
« Nous ferons tout pour que soient écrits les droits de la planète, véritable pendant de la Déclaration universelle des droits de l’homme. Pour faire entendre au grand public la parole des scientifiques qui décrivent l’avenir tel un film d’horreur au ralenti. Nous avons entendu l’appel lancé par la jeune suédoise Greta Thunberg. Elle a 16 ans et demande à tous les lycéens du monde de faire grève d’école un jour par semaine pour réclamer une action forte et rapide contre le réchauffement climatique. ‘Pourquoi nous obliger à étudier, si ces connaissances ne me servent pas sur une planète morte ?’, dit-elle. Elle a le visage tendre, barré d’un regard grave. Au Forum économique mondial, rassemblement des plus riches entrepreneurs de la planète au mois de janvier denier, elle a dit : ‘Ici à Davos, comme ailleurs, tout le monde ne parle que d’argent, il semble que l’argent et la croissance soient nos problèmes principaux. Ici à Davos, on aime les histoires de réussite. Mais ces réussites financières ont un coût impensable pour la planète.’ Qu’ont-ils entendu, ces grands patrons venus et repartis séparément dans un incroyable ballet de jets privés au désastreux bilan carbone ? Il semble qu’ils étaient plus inquiets du ralentissement de la croissance mondiale.

Il faut que la peur change de camp. Que la pression monte encore. »

Notre affaire à tous, Comment nous allons sauver le monde, manifeste pour une justice climatique, Massot Éditions, mars 2019, 34 pages.

En accès libre, sans publicité, à but non lucratif, le journal minimal fonctionne sur le modèle du don-contre don, rejoignez nos contributeurs :

Harold, herisson, ordinateur, erwann terrier, mascotte, dessin

Moi aussi je fais un don (défiscalisé à 66 %)

Partager
Aller à la Une

À propos de l’auteur

EMMANUELLE VEIL

Journaliste, co-fondatrice du journal minimal, je suis spécialiste des questions de société.

Exprimez-vous !