Le journal minimal en pause, pour une durée indéterminée

Sept ans après son lancement, le journal minimal suspend ses publications. Le mot de ses créatrices, Emmanuelle Veil et Catherine Simonet.

la mire télé
Illustration : Namussi.

Chers Lecteurs,
 
Nous avons une annonce importante à vous faire : nous avons décidé de mettre le journal minimal en pause, pour une durée indéterminée. Ce n’est pas de gaieté de cœur, d’autant plus que la nouvelle formule du site, tant attendue depuis deux ans, est enfin en ligne ! Mais c’est le choix de la raison. 
 
Tous ceux qui connaissent l’univers des médias savent à quel point il est complexe de faire vivre dans la durée un titre de presse généraliste. Le fonctionnement artisanal qui est le nôtre atteint ses limites : en effet, malgré l’incroyable mobilisation bénévole autour du projet et la générosité de tous ceux d’entre vous qui y ont contribué depuis plus de sept ans (administrateurs, auteurs, donateurs…), nous sommes juste parvenus à survivre jusqu’ici.

Si nous voulons continuer, nous devons envisager un autre modèle économique, voire de nouvelles activités. Alors nous allons réfléchir. Mais avant cela, nous allons laisser passer du temps.

Le site est mis en jachère, peut-être y verra-t-on pousser de jolies fleurs sauvages ? La zone de dépôt des petits gestes reste, par exemple, active, et désormais il est possible de les partager directement sur Facebook. Avec cette mise en pause, le journal minimal devient un site ressource sur le minimalisme, riche de 750 articles, toujours en accès libre et sans publicité.
 
Dans la lignée de ses aînés Reporterre et Bastamag, le journal minimal a contribué au débat démocratique en semant nombre d’idées qui aujourd’hui se retrouvent à la Une des autres médias. La banalisation des sujets que nous avons fait émerger nous donne le sentiment d’avoir réussi quelque chose, si ce n’est d’avoir accompli notre mission.
 
Maintenant l’écologie est partout, la sobriété aussi, par la force des choses et à cause d’une accumulation de crises certes, mais il n’empêche, c’est une sacrée bonne nouvelle.
 
Nous vous souhaitons à toustes, du fond du cœur, de très bonnes fêtes 2022.
À bientôt, ici ou ailleurs ! ❤️
 
Emmanuelle Veil & Catherine Simonet

harold

Pour suivre les publications de mon journal préféré, je reçois la lettre minimale, chaque 1er jeudi du mois. Bonne nouvelle, c’est gratuit et sans engagement !

Partager cet article

À propos de l'auteur
LA REDACTION
La rédaction du journal minimal est composée d’auteurs aux profils variés (journalistes professionnels, photographes, dessinateurs de presse, artistes, auteurs, chroniqueurs).
Articles similaires
Du même auteur
Écrire un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *