José Mujica, le minimaliste qui devint président

L’ancien président uruguayen a toujours vécu chichement, même quand il était chef d’État. Portrait d’un homme entier, indifférent à l’argent et aux oukases de la société de consommation.

Jose Mujica dans sa ferme
José Mujica. Photo: DR.

Identité
Nom : José Mujica, surnommé « Pepe »
Date et lieu naissance : le 20 mai 1935 à Montevideo, Uruguay
Profession : 40e président de la République de l’Uruguay de 2010 à 2015.
Signe particulier : ne porte jamais de cravate.

Principal fait d’arme
Le mode de vie extrêmement humble de l’ex-chef d’État l’a rendu célèbre à l’étranger. « Pepe » Mujica a toujours vécu dans sa petite ferme avec sa femme. Il a redistribué 90 % de son salaire présidentiel à une association d’aide au logement, n’ayant besoin que de quelques centaines d’euros mensuels pour vivre. En juin 2012, tandis qu’une vague de froid frappe le pays, José Mujica inscrit sans attendre la résidence présidentielle qu’il n’occupe pas sur la liste des refuges pour accueillir les sans-abris. La presse internationale le surnomme le « président le plus pauvre du monde », la revue britannique Monocle l’a qualifié de « meilleur président du monde ».

Démarche
Quand il était chef d’État, Pepe Mujica alertait l’opinion publique et la scène internationale sur le non-sens de l’économie de marché et de l’hyper-consommation, et prônait la décroissance. « Quand j’achète quelque chose avec de l’argent, je le paie avec le temps que j’ai passé à gagner cet argent. »

Son discours prononcé au sommet pour la Terre de Rio en juin 2012 eut un écho dans le monde entier : « Nous ne venons pas au monde pour nous développer au sens général du terme, mais pour être heureux. Nous passons notre vie à travailler pour pouvoir consommer ‘plus’. Si la consommation est paralysée, l’économie s’arrête. Et si l’économie s’arrête, la peur de la régression s’installe en chacun de nous. Mais c’est justement cette hyper-consommation qui violente notre planète. »

Doué pour les discours (il parle avec son cœur), « Pepe » est aussi un homme d’action, combattant pour l’égalité sociale. Son engagement remonte aux années 1960, lorsqu’il rejoint les Tupamaros, mouvement de libération guérillero qui s’amplifie face à la dégradation du niveau de vie et la hausse de la corruption en Uruguay. Emprisonné en 1969, José Mujica s’évadera à deux reprises. Mais il sera refait prisonnier durant la dictature militaire, de 1972 à 1985. Torturé et menacé d’exécution si son mouvement reprend les armes, il passera huit ans à l’isolement.

Amnistié à la fin de la dictature, il s’engage en politique et participe à la fondation du Mouvement de Participation Populaire (MPP). Il gravit les échelons, et devient député, sénateur, président du Congrès, ministre de l’agriculture puis président. En 2013, le magazine américain Foreign Policy le classe parmi les 100 intellectuels les plus influents au monde.

Extraits
Il a dit : « Les pauvres ne sont pas ceux qui ont peu mais ceux qui ont besoin d’infiniment beaucoup et qui désirent toujours plus. »

Pepe Mujica en vidéo :

Bio express
• 1964 : Jeune agriculteur, José Mujica intègre les Tupamaros, mouvement urbain marxiste. Il en devient l’un des dirigeants.
• 1985 : Après quinze années en prison, José Mujica est amnistié. Il s’engage dans la voie électorale.
• 29 novembre 2009 : Mujica est élu président de l’Uruguay avec un score de 52,2 %. Son investiture prend effet le 1er mars 2010.

Réseau
Mujica est resté en liens étroits avec d’autres chefs Tupamaros, emprisonnés dans les mêmes conditions que lui. Idéalistes de mouvance marxiste, certains fonderont avec lui le Mouvement de Participation Populaire, qui englobe le Mouvement de libération nationale – Tupamaros et d’autres partis politiques. Le MPP deviendra le principal parti de gauche du pays. Alors ministre de l’agriculture, Mujica est secondé d’un ancien guerillero et ingénieur agronome, Ernesto Agazzi. Et son épouse, Lucía Topolansky, est sénatrice et représentante du Mouvement de Participation Populaire. En dehors des frontières, des présidents tels que Chavez au Vénézuela et Lula au Brésil ont inspiré la politique sociale de « Pepe » Mujica.


En accès libre et sans publicité, le journal minimal fonctionne grâce à vos contributions :Herisson-tirelire par Erwann TerrierJe fais un don

Partager
Aller à la Une

À propos de l’auteur

AURORE STAIGER

Journaliste indépendante, je m’intéresse à tout ce qui peut nous inspirer et attiser notre curiosité.

5 commentaires

  1. Génial ce président qui a obtenu d’excellents résultats pour son pays !Quand Pepe Mujica montre l’exemple les Trump & Macron ne peuvent se prévaloir que d’un pitoyable bilan (méritant à peine 2/20 !).José Mujica est estimable et sans doute admirable !

  2. Le monde le prend pour un héros mais vols,attentats,meurtres perpétrés par les Tupamaros ont amené le pouvoir à prendre des mesures de plus en plus autoritaires jusqu’à en finir avec le mouvement et avec la démocratie. En 73-les tupamaros en prison- coup d’état dans une démocratie affaiblie.¡Gracias Pepe!

Exprimez-vous !