Ils ont acquis 115 hectares sur Le Bon Coin et créé une réserve naturelle

Interdit aux chasseurs et dédié à la vie sauvage, le domaine de Bagarry (Var) est l’une des plus vastes réserves privées de France. « La défense de l’environnement ne doit pas dépendre que de l’État », affirment les maîtres du lieu, Grégori Lurot et Carole Charpentier. Interview.

Crédit photo : Catherine Simonet
Carole Charpentier et Grégori Lurot sur les hauteurs du domaine de Bagarry (Var). Crédit photo : Catherine Simonet.

Rencontre avec un couple de Varois amoureux de la nature : Grégori Lurot, exploitant agricole et Carole Charpentier, professeur des écoles. Grégori nous raconte l’aventure dans laquelle ils se sont lancés en 2014 : transformer une propriété abandonnée, à 900 mètres d’altitude, en réserve naturelle.

Comment le projet est-il né ?
Grégori Lurot : Carole et moi vivions depuis une douzaine d’années à Brignoles (Var), dans une jolie bastide avec 5 hectares de terrain. Un beau cadre, avec des terres très bonnes pour les cultures, mais situé à proximité du centre de Brignoles et surtout à 30 mètres de l’autoroute A8 ! À un moment donné on s’est demandé s’il ne valait pas mieux, pour développer un projet nature avec des cultures saines, chercher un endroit plus éloigné des sources de pollution. On s’est alors mis en quête de quelque chose de plus authentique, de moins travaillé par la civilisation moderne.

Comment avez-vous dégoté le domaine de Bagarry ?
On cherchait dans le sud de la France une grosse unité foncière qui soit à même d’apporter suffisamment de terre, suffisamment d’eau, suffisamment d’arbres pour pouvoir fonctionner, recevoir du monde, partager des choses avec les gens. Il fallait quand même une certaine surface. On s’était fixé un objectif d’au moins 100 ha. C’était assez ambitieux et on ne trouvait pas, c’était toujours beaucoup trop cher… Et puis Carole est tombée sur une annonce du Bon Coin [rires…], on est allés voir au cas où… Les 115 ha étaient à l’abandon depuis quatre ans (le propriétaire était décédé), il n’y avait pas beaucoup d’oiseaux, il y avait un silence très impressionnant… Quand on est arrivés à la croisée des chemins, au centre de la propriété, et qu’on a vu le corps de ferme, le panorama, et qu’on a commencé à imaginer ce qu’on pouvait faire ici, on a eu les larmes aux yeux et on s’est dit : « C’est ici, et on va se battre. »

Crédit photo : Catherine Simonet.
Crédit photo : Catherine Simonet.

Et vous en avez fait une « réserve naturelle privée » ?
Oui, tout à fait. En France il y en a trop peu. La préservation de l’environnement, ce n’est pas quelque chose qui doit ne dépendre que de l’État, cela peut aussi relever de l’initiative personnelle. Quand on a la chance de posséder une terre, je pense qu’on peut, au même titre que certains organisent leur territoire en chasse privée, faire le choix de l’organiser en réserve naturelle privée. L’idée est de constituer une zone de repos, de régénération pour la nature.

Vous avez interdit la chasse sur le domaine, comment a évolué la population sauvage depuis ?
La propriété au départ était quasi vide, on voyait très peu de lapins, de lièvres, de chevreuils, de chamois. Au fil des années on en voit de plus en plus, il y a une amélioration. Le domaine constitue un petit espace de repos pour les animaux, qui leur permet de se régénérer, ils ont un endroit pour souffler, d’autant plus que la chasse est très pressante dans la région : elle est autorisée sur la totalité du territoire de la commune (4 400 ha).

Chez vous on voit aussi beaucoup d’autres animaux en liberté, des chevaux, des moutons, des poules, des chiens…
Oui, mais nous rentrons les moutons le soir pour éviter les attaques de loups la nuit, car le domaine n’est pas clôturé. On a eu deux attaques en deux ans, et à chaque fois une bête a été mangée. C’est triste pour la bête et pour nous, mais on peut dire que globalement la perte n’est pas énorme et qu’on arrive à faire avec.

Crédit photo : Catherine Simonet
Crédit photo : Catherine Simonet.
Crédit photo : Catherine Simonet
Crédit photo : Catherine Simonet.

Quelles sont vos différentes activités à la ferme ?
L’activité principale du domaine c’est la culture et la cueillette de plantes aromatiques et médicinales, et principalement, pour l’instant, de lavande. Notre huile essentielle se vend bien. A l’avenir, nous souhaitons diversifier notre production. L’idée, c’est de revenir à une ferme à l’ancienne, naturelle, avec du bon sens : le fumier des animaux utilisé comme engrais pour le potager, les cultures et les arbres, aucun emploi de pesticides ni de produits chimiques.

Tout est bio, donc ?
Non, on n’a pas du tout demandé l’appellation, parce que le bio, pour nous, même si c’est un progrès, permet encore beaucoup trop l’utilisation de produits très proches de ceux utilisés en agriculture conventionnelle. J’ai le sentiment que le bio, même si c’est très bien représenté en France par des gens sérieux, reste une bannière commerciale qui peut être détournée, des gens peuvent tricher. Nous on ne met rien du tout comme produit. C’est un engagement radical, au risque de perdre certaines cultures ou certains légumes ou fruits, mais au moins on a l’assurance à 100 % qu’il n’y a rien de toxique. Cette propriété n’a pas été cultivée depuis 1940, les sols ont été préservés de tout produit chimique et de toute pollution. On cherche à revenir à la petite ferme autonome qui peut être en mesure de nourrir bon nombre de familles dans sa périphérie rapprochée.

Comment vous y prenez-vous, concrètement ?
On essaye de faire les choses en douceur, sans brusquer la nature avec des engins. Ce qu’on fait en général en permaculture c’est qu’on commence par observer le terrain : l’ensoleillement l’hiver, le climat, les micro-climats qu’il peut y avoir sur la propriété. Petit à petit on s’imprègne du lieu pour imaginer ce que l’on va y implanter et où, pour que ça ait une cohérence, que les arbres ne meurent pas si on ne les a pas mis au bon endroit, etc. On cherche aussi à retrouver les chemins ancestraux effacés, grâce à des photographies aériennes en noir et blanc de 1934, auxquelles on a accès, facilement maintenant, sur la page « remonter le temps » de l’IGN (Institut géographique national). C’est là qu’on a pu s’apercevoir qu’il y avait énormément de chemins disparus. En se questionnant (quels points étaient reliés par ces chemins ?), on a découvert des sources, des carrières de pierres, des endroits où très probablement on allait chercher du bois, où on produisait du charbon…

En quoi consistent les stages de survie que vous organisez ?
C’est une grande balade de deux jours tout au long de laquelle moi et deux autres formateurs distillons des modules. Les gens apprennent à faire du feu avec différentes techniques, à prélever de l’eau ou à s’en procurer quand il n’y en n’a pas ou quand elle n’est pas potable ; à repérer les plantes qui soignent, les plantes comestibles ; à lire les traces d’animaux (renards, chevreuils, chamois, loups, lynx). On apprend aussi à lire des cartes IGN et à se repérer uniquement avec le soleil. Cela se passe dans partie de la propriété vraiment très sauvage, environ 90 ha, Les stages ont lieu le week-end, avec un bivouac le samedi soir. On peut aussi faire le stage condensé en une journée.

Quel genre de public avez-vous pour ces stages ?
C’est très hétérogène : hommes, femmes, jeunes et moins jeunes, de toutes couches sociales : coiffeurs, patrons de supermarchés, journalistes. Il n’y a pas de profil type. Certains sont très proches de la nature et veulent se perfectionner, d’autres ont des emplois de bureau, à la ville. On s’est assez vite rendu compte qu’il y avait chez les gens un manque de connaissance de la nature qu’ils ont envie de combler. Ils passent un bon moment dans le calme, sans aucune nuisance.

Crédit photo : Catherine Simonet
Les Gorges du Verdon. Crédit photo : Catherine Simonet
Crédit photo : Catherine Simonet.
Le village médiéval de Trigance. Crédit photo : Catherine Simonet.

Et sinon, quels autres publics accueillez-vous dans la réserve ?
L’été, nous accueillons quelques campeurs, et sinon des woofers, c’est à dire des gens qui proposent leurs bras, leur intelligence en échange du gîte et du couvert. On leur fait découvrir notre belle région, les gorges du Verdon, on passe des soirées mémorables, avec de la guitare… Parmi les gens qui viennent on a une surreprésentation d’artistes et de musiciens.

Normal, ils viennent chercher le silence !
Oui, c’est très important pour nous que ce lieu soit un espace de partage, un lieu de rencontres et d’échange d’idées, pour essayer à notre tout petit niveau de maintenir ou de rebâtir un monde qui ne devrait pas, à mon sens, cesser d’exister.

Contact : le domaine de Bagarry.

Cet article vous a intéressé ? Soutenez le journal minimal, média en accès libre et sans publicité, à but non lucratif, pour lutter contre les excès de la société de consommation.

Partager
Aller à la Une

À propos de l’auteur

CATHERINE SIMONET

Pianiste et compositrice, directrice de la publication du journal.

23 commentaires

  1. Bonjour, je suis fascinée par votre expérience. Vous habitez sûrement sur votre terrain. Vous êtes-vous posés en tant qu’agriculteurs pour pouvoir le faire ? Je vous pose la question car elle se pose à moi sur un terrain de 3 hectares non constructibles, que j’ai vite fait répertorier comme réserve LPO.
    Merci pour votre réponse ici ou en privé sur mon adresse mail.
    Plein de belles énergies pour la suite et merci pour ce que vous faites.
    Évelyne

    • Bravo. Si plus de personnes prenaient exemple au lieu de servir de terrain de massacre. Je souhaite longue vie et paix aux animaux et à la nature que vous protegez et un grand bonheur pour vous.

      2
  2. J’adore tout ce que vous avez raconté, je suis contente 😊 au moins que des gens comme vous reviennent à l’ancienne mode de cultures et d’élevages respectant la nature et les animaux : oiseaux, abeilles, rongeurs etc. Il faut revenir en arrière, faire les cultures agricoles à l’ancienne, élever les animaux en toute liberté : volailles, bovins, cochons, chevaux.

  3. Merci pour cette bouffée d’oxygène et d’espérance. Belle mise en page, photos incarnant bien ce projet humaniste. Vivement 10, 100, 1000 Bagarry !

    • Catherine Simonet
      Catherine Simonet le

      Bonjour Michel,
      Comme je vous comprends ! Vous pouvez facilement contacter Grégori et Carole par leur site (le lien est noté à la toute fin de cet article), vous trouverez leurs coordonnées à la page « Nous contacter ».

      4
  4. Bravo à Carole et Grégori ; et bravo à vous aussi, Mme Simonet, pour avoir mis ces bonnes personnes en valeur. Seul reproche : maintenant que j’ai terminé la lecture de cet article, dans mon F3 du Val-de-Marne, j’ai un de ces cafards…

    • Catherine Simonet
      Catherine Simonet le

      Bonjour Ali,
      Merci beaucoup pour vos compliments sur l’article, je regrette cependant que cela vous donne finalement le cafard 🙁 La vie en ville devient de plus en plus dure il est vrai, mais courage !

      4
  5. Bonjour,
    Avant tout bravo pour votre idée.
    Cela doit être merveilleux.
    Une question: je croyais qu’on ne pouvait pas interdire son terrain pendant la chasse au passage des chasseurs.
    Comment avez-vous fait?
    Et bravo pour cela !!!

    • Catherine Simonet le

      Bonjour Sylvie,
      Si j’ai bien compris, on peut interdire la chasse sur son propre terrain à partir de 21 hectares et s’il est d’un seul tenant, ce qui n’est pas souvent le cas malheureusement !
      Merci pour votre retour sur notre article 🙂

      2

Exprimez-vous !