Épisode 4 : Le petit pot de crème

Capture d'écran
Extrait d’une publicité pour une crème de la Maison J.Lesquendieu (cosmétiques), en 1930.

Il y a trois mois sont apparues sur le dos de mes mains de minuscules vésicules en grappes qui se sont mises à me démanger. Au début je ne m’en suis pas trop préoccupée. Je pensais que c’était psychosomatique, que c’était mon collègue qui me filait des boutons. Pour ne pas me gratter, je me suis tartinée avec la crème « pour les mains » que j’utilise depuis des années, et je me suis appliquée à prendre du recul avec l’incompétence et l’égoïsme de mon collègue.

Mais quand la démangeaison est devenue telle que cela me réveillait la nuit et que je commençais à avoir des croutes (des croutes !), au point de devoir annuler un rendez-vous professionnel pour ne pas avoir à montrer mes mains répugnantes, j’ai fini par consulter un dermatologue. Il m’a donné un traitement contre l’exéma et un petit conseil qui s’est avéré très utile : « Soyez attentive à tout ce qui est en contact avec vos mains car cela ressemble à une allergie de contact. Il faudrait trouver ce qui l’a provoquée ». Après le traitement, mes mains ont repris une apparence humaine – même si les vésicules n’ont pas totalement disparu – et les démangeaisons ont cessé.

UNE ÉTRANGE SENSATION DE CHAUD

Quelques jours plus tard, j’ai cru avoir trouvé l’allergène : le savon industriel du bureau, qui attaque tellement les mains qu’il faut mettre une tonne de crème hydratante après chaque lavage. J’ai donc acheté un savon doux pour l’utiliser au bureau à la place de leur espèce de décapant, tout en continuant d’appliquer ma crème pour les mains habituelle, celle que j’utilise depuis des années, avec l’espoir que les vésicules finiraient par partir.

Oui, mais non : les démangeaisons sont revenues !
Je suis alors devenue attentive à la moindre réaction provoquée par la moindre chose qui touchait mes mains. Et un midi – je prenais tranquillement mon café après m’être lavé les mains et tartinée de crème – ce fut l’illumination : pourquoi, à chaque fois que j’applique ma crème pour les mains, ai-je une sensation de chaud ?

CE N’ÉTAIT NI À CAUSE DU VENT, DU FROID, DU SOLEIL

Je me suis souvenue d’avoir lu la mention « sans paraben » sur certains produits. J’ai chaussé mes lunettes pour déchiffrer la composition écrite en police taille 4 sur le tube de ma crème : entre autres composants chimiques peu ragoutants, j’ai identifié le « methylparaben ». Mon ami Internet m’a ensuite appris que le paraben est réputé pour provoquer des allergies de contact. Et qu’on peut faire une réaction allergique après des années d’exposition.

Cela fait un mois maintenant que j’utilise une autre crème, sans paraben. Mais je l’utilise très peu… Parce que, depuis que je ne les tartine plus au paraben, mes mains sont beaucoup moins sèches, en fait ! Je me sens un peu stupide d’avoir cru que mes mains étaient terriblement sèches à cause du vent, du froid, du soleil, de la vie, alors qu’elles étaient tout simplement abîmées par la crème qui était censée rendre à ma peau toute sa douceur. Je me sens un peu stupide d’avoir acheté, toutes ces années, des dizaines de tubes de cette crème inutile et nuisible.

DU PARABEN PARTOUT

J’ai épluché les compositions de tous les produits de ma salle de bains et j’ai trouvé du paraben dans mon stick à lèvres (ah, bah, c’est pour ça que j’avais les lèvres sèches malgré mes applications quotidiennes de stick hydratant !), dans mon masque nourrissant pour cheveux, dans mon mascara…

J’ai mis tout ça dans un sac. C’est bête, j’avais plein de tubes de crème d’avance !
Comme je suis un peu écolo, je ne veux pas les jeter, pour ne pas gâcher, ne pas polluer. Mais, sincèrement, il n’y a pas une seule de mes copines à qui j’oserais dire : « Tiens, tu les veux ? Moi je ne peux plus les utiliser, je suis allergique à cette saleté de paraben, mais je te les donne, c’est cadeau… Oui, non mais toi, tu n’es sans doute pas allergique à ce truc. Enfin… pas encore. »

Partager
Aller à la Une

À propos de l’auteur

ANNE GETTLIFFE

Consommatrice repentie, écolo convaincue, j'ai compris récemment qu'on n'a qu'une vie et j’ai décidé de changer la mienne pour qu'elle soit plus légère ! J'ai donc fait de mes passions mon métier : je suis devenue comédienne et auteure à plein temps.

Exprimez-vous !