Colonialisme : la descente aux enfers de Potosi, ex capitale du Nouveau monde

Potosi. Eldorado des conquistadors. Enfer des Amérindiens. L’ancienne cité opulente, à qui l’Europe doit tant, est désormais une ville pauvre de Bolivie.

Potosi, vue panoramique
Vue panoramique de Potosi, avec, derrière le Cerro Rico. Photo: EEJCC. 2015.

Lettrine, La route qui mène à Potosi est désertique sur des kilomètres. Les arbres sont rares de manière générale sur cette plaine bolivienne balayée par des vents glacials, à plus de 4 000 mètres d’altitude. Elle est juste revêtue d’une herbe éparse que broutent ici et là lamas et alpagas.

Plus on approche de la ville, plus la terre apparaît, pelée et rougeâtre, semblable à de la rouille. Puis la ville minière apparaît, au pied du Cerro Rico [la « montagne riche », en français, N.D.R.]. À part quelques historiens et quelques aficionados de l’Amérique du sud, qui connaît encore le nom de Potosi sur notre Vieux Continent ? Et pourtant. Sans Potosi et ses richesses, l’Europe ne serait pas ce qu’elle est.

LA BELLE MONTAGNE

Il n’est pas un livre d’histoire de l’Amérique du sud qui ne consacre au moins un chapitre à la perle de l’empire colonial espagnol. Celle que Charles Quint consacra Ville impériale et à laquelle il octroya cet écusson : « Je suis la riche Potosi, du monde je suis le trésor, je suis la reine des montagnes et je suis enviée des rois. »

L’écusson que Charles Quint laissa à la Ville impériale de Potosi. Photo: José Fuertes L.

Cette montagne qui regorgeait de métaux précieux était déjà célèbre avant l’arrivée des Européens. Les Incas l’appelaient Sumaj Orcko, la Belle Montagne. Jusqu’à ce que des mineurs indigènes qui s’étaient introduits dans ses fissures entendent, dans un grand fracas, une voix caverneuse leur dire : « Ce n’est pas pour vous ! Dieu réserve ces richesses pour ceux de l’au-delà ! » (1). L’empereur inca Huayna Cápac abandonna alors l’exploitation de la montagne, qui fut baptisée Potosi : « Celle qui tonne ».

CITÉ OPULENTE

Un peu moins d’un siècle plus tard, en 1545, arrivèrent « ceux de l’au-delà », sous la bannière espagnole. Ils puisèrent amplement dans les entrailles de celle qui devint alors la Montagne Riche. Le Cerro Rico fut ainsi pendant longtemps « le nerf principal du royaume » hispanique, selon l’expression du vice-roi Hurtado de Mendoza.

Rapidement, c’est à Potosi que seront fondues les pièces de monnaies américaines à l’effigie des rois d’Espagne. La ville compte 120 000 habitants en 1575. Autant que Londres et plus que Séville, Rome ou Paris. En 1650, ils seront plus de 160 000. Faisant ainsi de l’agglomération l’une des plus grandes villes du monde.

maison de la monnaie
Casa de la Moneda, Maison de la Monnaie. Édifice où était frappée la monnaie américaine à l’effigie des rois d’Espagne. Potosi, 2017. Photo: Dan Lundberg.

La cité concentre toute la richesse, le pouvoir et la débauche de l’Empire espagnol d’Amérique. À Potosi, trois siècles avant que l’on ne parle de mondialisation, « les soies et les tissus venaient de Grenade, de Flandres et de Calabre ; les chapeaux de Paris et Londres ; les diamants de Ceylan ; les pierres précieuses d’Inde ; les perles de Panama ; les chausses de Naples ; les cristaux de Venise ; les tapis de Perse ; les parfums d’Arabie et la porcelaine de Chine », selon les recherches menées par l’écrivain et journaliste uruguayen Eduardo Galeano.

« C’EST POTOSI ! »

Après la victoire de Pizarro sur l’Empire Inca, « C’est le Pérou ! » avait remplacé l’expression « C’est Byzance ! » comme éloge suprême. Mais avec la découverte du Cerro Rico, Cervantès change un terme à l’expression et Don Quichotte lance désormais à Sancho : « C’est Potosi ! ». La formule deviendra une expression idiomatique de la langue espagnole, encore utilisée de nos jours.

Mais le lustre de la ville va pâtir des 5 000 galeries qui seront forées dans la Montagne. Selon Galeano, celle-ci a changé de teinte au fil des tires de dynamite qui l’ont fait s’allonger et ont diminué le niveau de son sommet. Les tas de roches, accumulés autour des multiples trous, sont de toutes les couleurs : rosés, lilas, pourpres, gris dorés, bruns ».

NAISSANCE DU CAPITALISME

Ce paradis des conquistadors est aussi l’enfer des peuples autochtones, déportés dans les boyaux du Cerro Rico et dont la plupart ne ressortiront jamais. Est-ce seulement possible d’imaginer ce qu’était le travail d’un « Indien » dans les mines d’argent du Cerro Rico, à plus de 4 000 mètres d’altitude ? Au début du 17e siècle, le gouverneur Juan de Solórzano commanda une enquête sur les conditions de travail dans les mines de mercure – utilisé dans le processus d’extraction de l’argent – du Pérou. Il écrira au Conseil des Indes que « le venin pénètre dans la moelle même, affaiblissant tous les membres et provoquant un tremblement constant, tuant en général les ouvriers dans un espace de quatre ans ».

Vue ancienne de la ville et du Cerro Rico
L’une des premières représentations de Potosi (in La Chronique du Pérou, 1553). Photo: A.Skromnitsky.

Au total, 8 millions d’autochtones seraient morts dans les entrailles de Potosi. Tout cela pour lui arracher ce qui fera la richesse de l’Espagne. Selon Karl Marx, cette « accumulation primitive » fut le préalable à la naissance du capitalisme.

Car les viscères de la Montagne riche ont alimenté substantiellement le développement de l’Europe. C’est à cette époque qu’apparaissent d’ailleurs les grands noms de la piraterie, attirés par les richesses fabuleuses en provenance de l’Amérique. Le capitalisme commençait à prendre forme.

UNE ACCUSATION

Favorisant les investissements et « l’esprit d’entreprise », cette gigantesque masse de capitaux finança directement les manufactures qui permirent la révolution industrielle. Mais en même temps, ces pillages empêchèrent les Andes dépouillées d’accumuler le capital nécessaire aux débuts de leur industrialisation.

« De nos jours, Potosí est une pauvre ville de la pauvre Bolivie, poursuit Galeano : « La cité qui a le plus donné au monde est celle qui a le moins (…). Cette ville condamnée à la nostalgie, tourmentée par la misère et le froid, est encore une blessure ouverte du système colonial en Amérique : une accusation. Le monde devrait commencer par lui demander pardon ».

Rue de Potosi. Photo: Arnaud Brunetière. 2011.
une rue de Potosi et le Cerro Rico au fond.
Rue de Potosi, avec, au fond le Cerro Rico, 2011. Photo: Rodoluca.

Aujourd’hui, c’est l’étain – les conquistadors l’avaient traité comme un déchet – qui est exploité à Potosi. Les touristes de passage contemplent les splendeurs exubérantes des temps anciens, passent par les ruelles aux noms romantiques et riches de légendes. Des visites des mines sont même proposées aux visiteurs. Entre voyeurisme, soutien d’une économie à l’agonie et… selfies.

LE POIDS DU PASSÉ

Dans le bus qui m’emporte loin de l’ancienne ville impériale, il y a un autre Européen. Espagnol. Sociable, il échange avec son voisin de siège, âgé d’une trentaine d’années. Bolivien, comme le reste des passagers. Il est marié, il a des enfants. Répondant à l’Espagnol qui lui demande quel était son travail, il déclare simplement : mineur.

Avec ce mot, tout le poids du si lourd passé de Potosí ressurgit avec une violence incroyable. Certes, cet homme ne va pas dans la mine pour la richesse de l’empereur d’Espagne. Mais, s’il va aujourd’hui, au 21e siècle, s’enterrer dans ces boyaux, s’est encore pour assurer le « progrès » d’autres pays, le niveau de vie d’autres individus.

(1) Traduction personnelle extraite du livre d’Eduardo Galeano : Las venas abiertas de América latina (édition : siglo xxi editores, Buenos Aires, 2004 [1971], p.38). Cet article doit beaucoup à cette œuvre magistrale de la littérature sud-américaine, dont je ne saurais que trop recommander la lecture, dans sa langue originale ou dans sa traduction française : Les Veines ouvertes de l’Amérique Latine.

Pour suivre les publications de mon journal préféré, je reçois la lettre minimale, chaque 1er mercredi du mois. Bonne nouvelle, c’est gratuit et sans engagement !

Partager
Aller à la Une

À propos de l’auteur

ARNAUD BRUNETIÈRE

Après plusieurs voyages en Amérique latine, je vis actuellement à Rosario, ville de naissance de "Che" Guevara, de Messi et... de ma copine argentine.

Exprimez-vous !