Parution chaque mardi et vendredi

Ces parisiens qui offrent du thé et du café aux réfugiés

Après nous avoir fait visiter l’école à ciel ouvert pour migrants, place Stalingrad (Paris 19e), le photo-reporter Éric Coquelin nous présente le collectif Thé et café pour les réfugiés, qui officie tous les jeudis de 18h à 19h30 non loin de là…

Photo : Eric Coquelin

« Ils et elles s’appellent Aline, François, Julia, Lynda… En novembre 2016, lorsque le froid s’est abattu sur la capitale, lorsque les forces de l’ordre ont détruit les tentes des réfugiés, confisqué la moindre couverture, installé les grilles « d’empêchement », ils et elles se sont retrouvé(e)s autour d’un café, avec l’envie de démontrer, aux côtés des associations et collectifs présents sur le terrain, que  « la France ce n’est pas ça », qu’il existe toujours cette part d’humanité…

Voilà comment est né le groupe Thé et café pour les réfugiés. Une idée simple en fait : proposer, chaque jeudi à 18h, place de la Bataille de Stalingrad (Paris 19e), un « petit truc » pour réchauffer, un moment de quotidien, de « partage du banal ».

Alors, ils et elles ont noué des partenariats, notamment avec la boulangerie bio autogérée La conquête du pain, qui fournit des sandwiches fourrés au chocolat, la coopérative Fraliberthé qui apporte le thé et l’association Art Brutal qui offre le café.

Photo : Eric Coquelin

Photo : Eric Coquelin

Photo : Eric Coquelin

Photo : Eric Coquelin

Aujourd’hui, ils et elles s’appellent aussi Youlie, Ana, Lucie, Freeland Cox, Merien, Romi, Aleyna… : « Nous essayons modestement d’animer ou de réanimer la vie qui, bien que tourmentée, bafouée, mérite un avenir. Un rendez-vous où les jugements, la morale, les préjugés, les peurs, les doutes tentent d’être dépassés. »

Ce soir de février 2017, ils et elles sont reparti(e)s en ayant remis des crayons, des cahiers et une centaine de kits d’hygiène. « On m’a dit que je pouvais trouver des slips neufs ? » ont demandé certains migrants (une opération « Slips pour les réfugiés » avait été menée précédemment). « Ces actions de santé publique contribuent à leur dignité, à leur donner de l’espoir en dépit de leur condition de vie quotidienne, leur sous-alimentation, leur isolement. Ici on ne se contente pas de distribuer : on sert un café ou un thé, on parle, on propose un kit d’hygiène, on parle, on propose un cahier, on parle. On ne s’observe plus, on crée des liens. »

Photo : Eric Coquelin

Photo : Eric Coquelin

Photo : Eric Coquelin

Photo : Eric Coquelin

Reportage texte et photos by Éric Coquelin.

Soutenir Thé et café pour les réfugiés :
1. Aider à la préparation et/ou à la distribution en prenant contact via la page Facebook.
2. Faire un don (même un 1€ peut être précieux !) dans la cagnotte.

 

Vous avez aimé cet article ? Soutenez le journal minimal, pour une information indépendante, en accès libre et sans publicité !

Aller à la Une
Partager

À propos de l’auteur

ERIC COQUELIN

Chargé de mission Développement durable en collectivité territoriale, je suis engagé sur les questions de démocratie contributive.

Commenter cet article