Les petits gestes écolos affolent les boomers à la sauce barbecue

Lancés par le journal minimal en 2015, les petits gestes pour la planète font aujourd’hui la Une de l’actualité et partent à l’assaut de l’androcène.

le petit geste
Le Petit Geste, illustration pour le projet du journal minimal, Erwann Terrier, 2018.

lettrine, e, aurelien vretn cette rentrée 2022, tout le monde ne jure plus que par les « écogestes », ce qui au journal minimal ne peut que nous réjouir vu que nous avons lancé le concept en 2015 avec notre rubrique participative Le Petit Geste, dans laquelle les citoyens racontent et s’échangent leurs astuces pour arrêter de pourrir la planète.

Des centaines de « petits gestes » ont été déposés et partagés, de « je ramasse les mégots à la plage » à « je renonce à faire un 3enfant » en passant par « je ne prends plus l’avion » ou « je ne mange pas d’animaux ». Citons également celui-là, ajouté il y a quelques jours : « en 2023, promis, j’arrête le jetski », d’un certain Emmanuel M.

PARTIR À HONOLULU

Oui tout le monde, ou presque, au sortir de cet été caniculaire ayant fait flamber nos forêts et mourir de chaud 11 000 personnes âgées, semble à peu près converti à l’exigence de sobriété et prêt à fermer le robinet quand il se lave les dents. Et gare aux super profiteurs qui refusent de faire leur part. Nous avons bu du petit lait toute la journée d’hier en voyant la presse et les politiques tomber à bras raccourcis sur les stars du PSG explosées de rire qu’un journaliste ose leur demander pourquoi elles se soustraient au devoir de responsabilité qui veut qu’on prenne le train quand il offre une alternative à l’aller-retour en jet privé.

Un jour viendra où les petits gestes, quand nous serons de plus en plus nombreux à les pratiquer, ne feront plus du tout rire ceux qui s’accommodent de la destruction de la Terre pourvu qu’ils aient des glaçons dans leur Coca et des millions de vues sur TikTok. L’androcène et ses gardiens, boomers à la sauce barbecue, ont tout à craindre de nos petits gestes de rien du tout qui, mis bout à bout, peuvent saper le capitalisme : que se passe-t-il si plus personne ne pense qu’il faut partir à Honolulu pour les vacances ? Si plus personne n’achète de produits emballés ? Si tout le monde fabrique ses produits ménagers ? Si tout le monde commence à dégonfler les pneus des SUV, à couler du ciment dans les trous des golfs et à déféquer dans la piscine à débordement du voisin qui entretient son gazon au roundup ?

PILOTAGE CONNECTÉ

C’est pourquoi tout cela va devoir être cadré. Le gouvernement aurait l’intention de mener prochainement une campagne de communication au niveau national pour promouvoir les gestes écolos. Il y a peu de chance cependant qu’il conseille aux bons citoyens d’aller abattre l’antenne relais du coin et aux milliardaires de transformer leurs jets privés en hydravions pour aller sauver les migrants naufragés. D’après nos informations, il s’agira plutôt de nous demander d’éteindre la lumière en sortant d’une pièce et de ne pas chauffer à plus de 19 °C les pièces à vivre. Avec, en embuscade, les entreprises de la domotique qui se frottent les mains.

Dans Les Echos du 1er septembre, ces industriels appellent à « massifier les écogestes en un clic » et plaident pour le déploiement d’un système de pilotage connecté dans les logements de tous les Français d’ici à 2030. Selon eux, c’est la solution incontournable pour réaliser l’objectif d’économie d’énergie réclamé par le gouvernement. Et au passage équiper 37 millions de foyers de leurs outils de contrôle, capables de détecter les mouvements, de commander les ouvrants, de couper l’eau ou le gaz à volonté.

LA FRENCH TECH EN EMBUSCADE

Le discours public sur la sobriété n’est peut-être donc pas incompatible avec la poursuite du productivisme. Notons que le président de la République a convoqué à la rentrée rien moins qu’un Conseil de défense énergétique sur ces questions, en comité restreint et sans téléphone portable pour garantir la confidentialité totale des échanges. Notons aussi que son ancien ministre et proche collaborateur, Julien Denormandie alias « mister néonicotinoïdes », vient d’intégrer le staff de Sweep, une startup sur la réduction des émissions de carbone des entreprises. La bataille autour de la nature des petits gestes pour la planète ne fait que commencer.


Pour suivre les publications de mon journal préféré, je reçois la lettre minimale, chaque 1er jeudi du mois. Bonne nouvelle, c’est gratuit et sans engagement !

Partager
Aller à la Une

À propos de l’auteur

Journaliste, co-fondatrice du journal minimal, je suis spécialiste des questions de société.

7 commentaires

  1. Bonjour Madame

    je suis bien d’accord avec vous a propos des éco-gestes encore faudrait-il que des pays comme la Chine ou les USA fassent de gros efforts sinon ces petits gestes dont vous parlez ne serviront à rien
    Ce qu’il faudrait surtout et avant tout c’est empêcher les plus riches d’entre nous qui sont ceux qui polluent le plus de vivre au dessus de nos moyens.

    • Bonjour Peter,

      Il est sûr que si la Chine, les USA et les riches qui aiment polluer ne font pas de gros efforts les petits gestes seront insuffisants pour sauver l’humanité (et le reste). Mais il est aussi sûr et certain que si nous ne faisons pas ces petits gestes, rien n’obligera la Chine, les USA et les riches qui aiment polluer à arrêter de le faire…

  2. Bonjour Madame
    je pense qu’il faut par exemple pour la France qui n’a pas et ne respecte toujours pas l’accord de Paris une politique volontariste qui agit et ne fait pas des effets d’annonce comme c’est le cas depuis un peu plus de 5 ans.Il faudrait une autre politique qui soit en faveur de l’écologie pour taxer les superprofits des multinationales comme le font d’autres pays européens Comme par exemple Total qui est une entreprise grandement responsable du réchauffement climatique Le problème c’est que nous perdons un temps précieux avec les tenant du libéralisme actuellement au pouvoir qui freinent des 4 fers afin de favoriser les multinationales qui polluent . D’après le GIEC nous n’avons que 3ans devant nous après la planète va être de plus en plus invivable à cause de ces gens totalement irresponsables qui nous gouvernent . Les petits gestes oui mais cela n’est pas suffisant . Nous ne pouvons plus attendre !

    • Bonjour Peter, oui bien sûr d’accord avec ce que vous dites, qui est d’ailleurs ce que nous répétons dans le journal minimal depuis que le journal existe, c’est à dire depuis 2015. N’ayant comme vous le dites plus le temps d’attendre, nous essayons de faire connaitre les petits gestes des gens. Imaginez comment Total s’effondrerait d’un coup si plus personne n’achetait d’essence ?

  3. Bonjour Madame
    je suis bien d’accord avec vous ‘il ne nous reste plus que la désobéissance civile pour faire plier une entreprise ultra-polluante comme par exemple Total c’est ce que fait déjà Extinction Rébellion du fait des aberrations de notre système de fonctionnement c’est à dire la loi du marché.
    Je pense que dans un premier temps il faudrait inciter les lecteurs qui ne votent plus a le faire en faisant de la pédagogie pour que les choses changent et aillent enfin dans le bon sens.
    On ne peux pas non plus demander aux gens .de ne plus acheter d’essence puisqu’il n’ont aucun autre moyen de locomotion que l’automobile pour se déplacer .vous ne voulez tout de m^me pas qu’ils restent confinés chez eux ou qu’ils se déplacent à pied il faut quand même raisonner et ne pas être excessif. Il faut tout d’abord faire plier par les urnes les tenants du libéralisme et du conservatisme responsables de cette situation ;il faut que les gens manifestent en très grand nombre pour exprimer leur mécontentement et reprennent le slogan :fin du moi fin du monde même combat .

    • Bonjour Monsieur,
      Alors peut-être n’avez-vous pas lu nos divers articles politiques au moment des élections ? Ce n’est pas à nous que vous pouvez dire qu’il faudrait inciter les lecteurs qui ne votent plus à le faire 😉
      En outre, vous parlez d’excès et pensez que nous n’avons pas raisonné, mais si bien sûr nous avons réfléchi. Pour ceux qui ne peuvent se passer de voiture, il est tout à fait possible de boycotter par exemple toutes les stations Total et d’aller faire son plein ailleurs, ce petit geste de rien du tout aurait des conséquences extrêmes pour le pétrolier.

  4. Bonjour Madame
    Veuillez m’excuser ,sur mon dernier commentaire j’ai fait une erreur de frappe.j’ai écrit qu’il faudrait inciter les lecteurs a aller voter . Je ne voulais pas écrire les lecteurs mais les électeurs ce qui ne signifie pas la même chose.
    Je ne connais votre journal que depuis peu et je veux vous dire que je suis entièrement d’accord avec vous a propos de Total

Exprimez-vous !