Épisode 9 : Piscine et bain de soleil

Baignade et bronzette au programme cet été sur la terrasse aux oiseaux, transformée en un Paris Plages pour volatiles. Plumette n’est pas la dernière à en profiter.

L’eau est le premier élément nécessaire à la vie. C’est pourtant souvent celui que l’on néglige. Les gens qui donnent de la nourriture aux oiseaux oublient parfois que ceux-ci ont aussi besoin de boire, surtout l’été. Ils aiment également profiter d’un bon bain, parfois quotidiennement, comme Plumette (la femelle merle) sur la vidéo ci-dessous, avant de sécher au soleil. La toilette, en particulier le lissage des plumes, est d’une importance capitale. Cela affecte les performances en vol.

Les oiseaux choisiront une eau claire et fraîche. Certains y tremperont leur nourriture, d’autres, moins délicats (comme un pigeon ramier dépité d’avoir été chassé), y feront leurs besoins. Aménager un point d’eau peut être suffisant pour les attirer, et le spectacle en vaut la peine.

Voici, ci-dessous, une courte vidéo supplémentaire. La fratrie de jeunes geais qui fréquente assidûment la terrasse a du mal à se décoller de ses parents. Et, bien qu’ils arrivent à piocher seuls les noix de cajou ou les cacahuètes qui leur sont offertes, les jeunes continuent à réclamer la becquée.

Précision. En réaction au commentaire d’une précédente chronique, j’ai utilisé le terme de « bec-à-oreille » sans en expliciter le sens. Les oiseaux étant en concurrence les uns avec les autres, ils ne se refilent pas volontairement les adresses des bonnes tables. L’information circule parce qu’ils s’espionnent mutuellement. C’est ainsi que les lieux qui regorgent de la meilleure nourriture finissent par être connus de tous. Et lorsqu’un endroit est identifié comme une potentielle source de vivres, il est visité régulièrement.

Pour suivre les publications de mon journal préféré, je reçois la lettre minimale, chaque 1er jeudi du mois. Bonne nouvelle, c’est gratuit et sans engagement !

Partager cet article

À propos de l'auteur
JOSEPH VEIL
Chroniqueur pour le journal minimal, passionné d’ornithologie, j’ai milité pour la protection des rapaces quand j’étais adolescent. Ma compagne et moi avons aménagé notre terrasse parisienne pour en faire un lieu des plus bird-friendly.
Articles similaires
Du même auteur
Écrire un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *