Épisode 5 : Ma première récolte en permaculture, un vrai miracle de la nature

Dans ce 5e épisode, June Caravel, convertie à la permaculture et tout récemment maman, récolte les premiers fruits de ses semis printaniers à Bonneuil-sur-Marne (94). Impressionnant, non ?

June Caravel
Un beau pâtisson et des haricots mangetout à rames Blauhilde récemment récoltés. Crédit photo : June Caravel.

Pâtissons à foison, blettes, courges pepo, haricots mangetout, batavias, roquette et petits pois… Voilà ce que j’ai réussi à faire pousser moi-même dans mon jardin après seulement un an d’initiation à la permaculture. Un vrai miracle car avant d’acquérir cette maison et ce jardin, j’avais certes appris à jardiner, mais cela portait davantage sur l’intégration du compost dans la terre et l’utilisation du paillage, que sur les semis.

Du coup, je ne savais pas du tout si les graines commandées à Kokopelli allaient donner quelque chose… Eh bien, voici le résultat :

June Caravel.
Blettes, courges, figues et prunes reine-claudes figurent au menu de ma première récolte prometteuse. Crédit photo : June Caravel.
June Caravel
Aubergines, courges pepo et tomates poussent aussi en grande banlieue parisienne. Crédit photo : June Caravel.
June Caravel
Une jolie cucurbitacée se cache au fond de mon jardin. Crédit photo : June Caravel.

Malgré ma grossesse et avec l’aide de ma cousine et de nombreux amis de mon groupe zéro déchet, j’avais donc planté pas mal de légumes et de plantes aromatiques au printemps. J’avais aussi quelques semis qui attendaient d’être repiqués si bien que quand mon fils est né le 23 avril, j’avais pratiquement planté toutes mes graines.
Après l’accouchement je ne pouvais de toute façon plus faire grand chose pendant au moins six semaines…

Dans le pire des cas, je me disais que s’il se révélait que je n’avais pas la main verte, il y aurait toujours les arbres fruitiers.

LES FRUITS FANTASTIQUES DE L’ABRICOTIER, PRESQUE DES BONBONS

Justement ces derniers ont tenu toutes leurs promesses. Les trois cerisiers ont donné dès fin mai début juin, mais je n’ai pu sauver qu’un quart des cerises tant la plupart d’entre-elles étaient véreuses. Ensuite, l’abricotier a donné des fruits fantastiques, presque des bonbons dont j’ai fait 25 pots de confiture sans compter les cadeaux aux voisins, les tartes et autres gâteaux… Puis ce fut la cueillette des reine-claudes et des figues en juillet. Et maintenant, en septembre c’est au tour du noyer et du figuier qui donne cette fois des figues noires et non plus vertes comme en juillet.

Pour couronner le tout, j’ai même eu deux heureuses surprises : des mûriers sauvages et de la vigne apparus dans le jardin.

June Caravel
Cette courge pepo et ce pâtisson comptent parmi les trésors les plus imposants de mon jardin. Crédit photo : June Caravel.

Bref pour une premiere fois en jardinage, je suis contente, c’est l’abondance. Seul bémol, j’ai mis les tomates à l’ombre, elles n’ont donc poussé que début septembre et ont du mildiou… Une erreur de débutante que je ne ferai plus.

June Caravel
Plantées à l’ombre, les tomates ne sont toujours pas arrivées à maturité en septembre. Crédit photo : June Caravel.
June Caravel
Les salades de variété batavia sont encore petites, mais devraient vite croître.
Crédit photo : June Caravel.

Retrouvez ici les précdédents épisodes de La maison verte.


Cet article vous a intéressé ? Soutenir le journal minimal, média en accès libre et sans publicité, pour le retour à l’essentiel : je fais un don.

Partager
Aller à la Une

À propos de l’auteur

JUNE CARAVEL

J'écris sur le thème du "zéro déchet" depuis mon épiphanie écologique en 2014. Je suis par ailleurs auteur de chansons, romans, scénarios et comédies musicales.

Un commentaire

Exprimez-vous !