Parution chaque mardi et vendredi

Épisode 1 : Ici et maintenant

Voici notre nouveau feuilleton-réalité : « La maison verte ». June Caravel nous raconte comment elle se fabrique un habitat zéro déchet en région parisienne.

Maison verte, photo : June Caravel
Vue du jardin et de la dépendance, depuis la maison (crédit photo: June Caravel).

Avant de prendre la décision d’acheter une maison pour la rénover écologiquement, j’ai cherché partout un lieu de vie en région parisienne qui me permette de cultiver un jardin en permaculture et d’avoir enfin un compost, mais qui ne m’éloigne pas trop de mon travail dans le 15e arrondissement.

J’ai commencé par regarder les oasis sur le site de Pierre Rhabi, des communautés disséminées partout en France qui mettent en commun leurs terrains pour en faire des lieux de vie autonomes. Mais soit elles sont situées dans Paris intra-muros, que je souhaite fuir à tout prix a cause de la pollution et du bruit permanent, soit en très grande banlieue. Bref, rien dans la petite ceinture (accessible en métro ou RER), un impératif quand on n’a pas de voiture, comme moi.

Je me suis alors demandée si je ne pouvais pas tout simplement la créer moi-même, cette oasis. Je rêve d’un grand jardin pour être autosuffisante et d’une petite maison de 60 à 80m2 (je vis dans 32m2) afin d’avoir enfin ma chambre, un studio de musique et un salon digne de ce nom, sans pour autant avoir trop de ménage à faire…

ON PEUT Y VIVRE À PLUSIEURS

J’ai donc cherché en proche banlieue une bicoque à acheter avec 500m2 de terrain ou plus. Mais impossible d’en trouver une dotée d’un grand terrain. De guerre lasse, j’ai fini par regarder les grandes maisons… et  je suis tombée sur une maison immense avec travaux, qui entrait dans mon budget ! 162m2 avec 810m2 de jardin, une dépendance de 28m2 au fond du jardin et un garage. Et je vais même pouvoir transformer 40m2 dans la maison en F2 à louer avec entrée séparée. Et louer la dépendance au fond du jardin, ce qui me permettra de rembourser le prêt.

Certes, au départ, je n’avais pas forcément envisagé l’habitat collectif, mais je pense qu’au contraire, cela va me permettre de faire la connaissance de gens qui ont le même état d’esprit zéro déchet et écologique que moi… Et que pouvoir louer une partie de mon habitat me fera toujours une assurance chômage si je perds mon emploi.

Bref j’ai acheté la maison et prévu un budget pour une rénovation écologique.

(Suite au prochain épisode).

Aller à la Une
Partager

À propos de l’auteur

JUNE CARAVEL

Je tiens un blog sur le thème "zéro déchet" depuis mon épiphanie écologique en 2014. Je suis par ailleurs auteur de chansons, romans, scénarios et comédies musicales.

Un commentaire

Commenter cet article