Ce cargo à voile imaginé par une start-up nantaise pourrait révolutionner le transport maritime

À l’heure où de nouvelles réglementations internationales visent à rendre le transport maritime moins polluant, zoom sur le magnifique projet de cargo éolien Zéphyr et Borée.

Le projet Zephyr et Borée, un cargo à voile pour le transport maritime
Le projet Zéphyr et Borée.

Zéphyr et Borée, un cargo à voile 5 fois moins polluant que les actuels cargos au fuel lourd. C’est Nils Joyeux, un jeune Nantais, officier de la marine marchande, qui est à l’origine du projet. Ce bâtiment, propulsé sur les mers et les océans grâce à un mélange d’énergies éolienne, hydrolienne et solaire, présente un bilan carbone réduit de 80 %. Ne reste plus qu’à le construire, et vite !

Le transport maritime représente en effet 80 % du transport international de marchandises et génère divers polluants, dont le terrible dioxyde de soufre qui provoque des maladies pulmonaires et cardiovasculaires. Face aux nouvelles réglementations internationales anti-pollution qui vont bientôt entrer en vigueur, diverses innovations voient le jour.

Les nouvelles réglementations maritimes
• L’Organisation maritime internationale a décidé de plafonner le taux d’émission de soufre des combustibles des navires à 0,5 % (pour 3,5 % actuellement) à partir de 2020.
• À partir du 1er janvier 2018, les navires d’une jauge brute de plus de 5 000 tonnes qui feront escale dans un port de l’Union européenne devront surveiller et déclarer leurs émissions de CO2 auprès de l’Agence européenne de sécurité maritime.

Ce n’est pas le financement de la construction qui pose problème, explique toutefois le jeune capitaine de Zéphyr et Borée, plutôt les perspectives d’exploitation : « Le challenge aujourd’hui c’est de trouver des engagements et des partenaires commerciaux solides. Les intermédiaires, eux, se moquent de l’image qu’ils renvoient. Nous essayons plutôt de solliciter de grands groupes, prescripteurs auprès de ces transitaires, car ils s’investissent davantage dans le développement durable. »

Nils Joyeux (à gauche) et Amaury Bolvin, co-fondateurs de la start-up Zéphyr et Borée.
Nils Joyeux (à gauche) et Amaury Bolvin, cofondateurs de la start-up Zéphyr et Borée.

Par ailleurs, Nils Joyeux souhaite proposer un label vert pour le transport : « Quand on achète un produit écoresponsable on a l’habitude d’agir sur la production, la fabrication, la vente, l’emballage, mais pas sur le transport. Nous voulons proposer cette valeur. »

Nantes, capitale du transport éolien ? L’association internationale de soutien à l’éolien dans l’industrie maritime (IWSA) est en train d’ouvrir une antenne à Nantes. « Notre objectif est qu’à terme, tout armateur envisage ces solutions, sur ses nouveaux navires comme sur sa flotte existante », déclare au journal minimal Florent Violain, dont la mission est de réunir les porteurs de projets, les chantiers navals, les architectes, les développeurs de technologie, les banques, les collectivités locales et les institutions académiques.

À Saint-Nazaire, sur les chantiers navals, ça bouge un tout petit peu… Le constructeur français STX a lancé un département de recherche et développement il y a dix ans et propose aujourd’hui des solutions qui boostent l’efficacité énergétique jusqu’à 20 % : éclairages LED, revalorisation de la chaleur émise par le navire, analyses de données, filtres, système de recyclage des déchets par oxydation hydrothermale…

« Nous avons une démarche très active en matière de réduction des émissions et d’empreinte environnementale » souligne Arnaud Jacques, ingénieur du département Performances énergétiques, tout en constatant que les mentalités peinent à évoluer : « Il reste encore beaucoup de progrès à faire, et pour cela, il faut que la réglementation soit de plus en plus stricte. »

Il ne faut pas compter sur les pétroliers pour faire du zèle. Lors du sommet international sur le transport maritime vert, qui avait lieu les 16 et 17 octobre dernier à Rotterdam, le représentant de l’association professionnelle des pétroliers indépendants (Intertanko) nous a ri au nez quand nous lui avons demandé ce qu’il pensait de la réduction des émissions de carbone prévue pour 2020 : « Notre corps est fait de carbone ! Que voulez-vous dire par « décarbonisation » ? Vous allez me propulser dans l’univers ? » Les mentalités peinent à évoluer, effectivement… Entre le gigantesque lobby des pétroliers et le mini lobby de l’éolien, la guerre ne fait que commencer.

Plus d’infos sur Zéphyr et Borée.

⇒ À lire aussi, notre article sur les paquebots de tourisme : La croisière ne nous amuse plus.


Média à but non lucratif, le journal minimal est en accès libre et sans publicité grâce au soutien de ses lecteurs : faire un don.

Partager
Aller à la Une

À propos de l’auteur

ÉMILIE DEHU

Journaliste multimédia, avec une prédilection pour le journalisme de solution.

Exprimez-vous !