Adopte un blob #01 : Je vais accueillir un blob chez moi pour une expérience du CNRS sur le réchauffement climatique

Avec son expérience de science participative « adopte un blob », le CNRS va envoyer un spécimen à 10 000 citoyens chargés de réaliser des observations. Notre collaboratrice Iris Petitjean fait partie des heureux élus.

adopte un blob : le labo n'attend plus que son invité !
Le labo maison se prépare, pour l’expérience « Adopte un blob ». ©Iris Petitjean.

Lettrine, chiffre 10 000 citoyens volontaires ont été retenus pour participer au nouveau projet de science participative du CNRS, intitulé « Derrière le blob la recherche ». L’expérience va se dérouler au printemps 2022. Il faudra être disponible pour la conduire en suivant scrupuleusement les protocoles, s’y tenir pendant toute la durée de l’étude, et éventuellement par la suite aider à l’exploitation des résultats. À l’instar des autres personnes sélectionnées, je me prépare donc à accueillir bientôt un petit myxomycète-cobaye, qu’on appelle communément « blob ».

Un blob c'est quoi ?
« Le blob est un organisme unicellulaire qui n’est ni animal, ni végétal, ni champignon, écrit le CNRS sur la page du projet. Il n’a pas de cerveau mais peut apprendre, voire transmettre des informations en fusionnant avec ses congénères. C’est un habitué des sous-bois des pays tempérés qui n’aime pas avoir trop chaud. »

Des expériences de science participative comme celle-ci ont lieu un peu partout sur la planète, notamment pour l’observation de la biodiversité. Les inventaires d’oiseaux, de papillons, de bourdons sont régulièrement menés par les biologistes via le concours de centaines de citoyens plus ou moins éloignés de ce domaine d’étude. Des astronomes amateurs contribuent régulièrement à la connaissance universitaire via leurs observations. Si vous aimez observer la nature et que vous voulez aider la science, il existe forcément une structure près de chez vous !

FAISABILITÉ

Aujourd’hui, avec cette expérience à grande échelle très vite surnommée sur les réseaux sociaux « Adopte un blob », le CNRS souhaite étudier l’impact du changement climatique sur les organismes du sol. Pour ce faire, une équipe de recherche, dirigée par l’éthologue Audrey Dussutour, propose de tester les répercussions de vagues de chaleur. Savoir quelles perturbations sont à redouter à ce niveau est en effet crucial car le sol et ses habitants sont le premier milieu producteur de nourriture, celui sur lequel tout le reste des réseaux alimentaires s’appuie.

L’équipe de recherche a élaboré des protocoles visant à explorer différentes modalités de variations de température, qu’il faut donc pouvoir répliquer un grand nombre de fois. Au total, 15 tests ont été élaborés, qu’il faudrait chacun reproduire très largement afin d’éliminer là aussi tout doute sur les variations individuelles. Chacun des protocoles implique d’étudier un organisme du sol pendant une durée variant d’une semaine à un mois. On comprend aisément qu’il est plus simple de demander à des milliers de personnes de suivre chacune un protocole, le tout simultanément, plutôt que de laisser une seule personne réaliser des milliers d’essais !

ORGANISME ÉTRANGE

Au delà d’une division du travail, il s’agit également de faire découvrir le monde de la recherche. Avec une expérience réalisable par des participants dès l’âge de 8 ans, l’équipe de recherche sensibilise les citoyens aux modalités d’élaboration d’un protocole scientifique, aux enjeux de la recherche et au raisonnement scientifique. Régulièrement, les participants recevront des informations sur l’objectif de cette étude, sur les vagues de chaleur dues au changement climatique, ou sur l’organisme étrange qu’est le blob.

Faisant partie des heureux volontaires qui accueilleront un blob à la maison et le soumettront à diverses expériences (sans lui nuire !), je vous relaterai ici ce qu’il se passe au cours de cette expérience de science participative. Et surtout, je vous raconterai au fur et à mesure ce qu’est un blob !


Pour suivre les publications de mon journal préféré, je reçois la lettre minimale, chaque 1er mercredi du mois. Bonne nouvelle, c’est gratuit et sans engagement !

Partager
Aller à la Une

À propos de l’auteur

Écologue de formation, je concilie mes deux passions, les insectes et la typographie, en écrivant en pattes de mouche.

2 commentaires

  1. Thierry LEFEUVRE le

    Bonjour juste une petite rectification si vous le voulez bien ce ne sont pas 10000 volontaires mais 15000 qui ont été sélectionnés.
    Bien à vous

Exprimez-vous !