Parution chaque mardi et vendredi

La plume, le secret du prochain président de la République

Cynisme, mensonges et séduction se mêlent dans ce premier roman de la journaliste Virginie Roels. Enquête tranchante comme une plume au cœur de la République et d’un système façonné par l’ivresse du pouvoir.

La Plume, photo Liliane Roudiere
Crédit : Liliane Roudière.

Le genre
Fiction (or not ?) politique.

Le pitch
Pendant le débat télévisé du second tour de la présidentielle, dimanche 2 mai, le président Debanel, grand favori des sondages, perd son sang froid et se saborde devant des millions de téléspectateurs. Que s’est-il passé à 22h32 ? Chrystelle Knox, jeune journaliste aux dents longues, est la seule à avoir saisi des coulisses un regard entre le président et Julien Dantec, le beau jeune homme au sourire de Joconde. Certaine que ce regard constitue le point de bascule, elle s’accroche à son intuition et enquête, dans l’espoir de sortir LE scoop.

Cynisme, mensonges, séduction et préjugés se mêlent allègrement ! Mademoiselle Knox, opiniâtre et moins ingénue qu’il n’y paraît, saura parfaitement s’adapter à ces nouveaux codes. Tous les moyens sont bons, d’un côté comme de l’autre…

L’auteure
Virginie Roels est journaliste politique et enquêtrice. On retrouve sa signature dans de nombreux reportages pour Envoyé spécial, Infrarouge, Zone interdite… Elle a cosigné un livre sur le système Dassault (Robert Laffont). Aujourd’hui elle est directrice de la publication du magazine Causette.

Mon humble avis
L’intrigue est originale, bien ficelée et le dénouement inattendu. Dans cette période électorale parfois vomitive, on ne peut s’empêcher d’effectuer certains rapprochements. Qu’y a-t-il de vrai et de faux dans ce premier roman ? Le doute est savamment entretenu, et avec une certaine jouissance.

La construction est habile, l’écriture est dense et élégante, et j’aime beaucoup cette forme d’empathie que ressent malgré tout l’auteure pour ces personnages qu’elle traite pourtant sans grande concession. Il n’y a pas les bons et les méchants, juste des individus engloutis dans leurs fantasmes. Et d’ailleurs le lecteur sera aussi cueilli par les siens (lisez, vous comprendrez).

N.B. : Une adaptation à l’écran, par exemple dans la série Baron noir, serait la bienvenue !

Une phrase du livre
« J’enrageais secrètement de ne pas être de celles qui partent enquêter sur des affaires politico-financières de haut vol mais je ne désespérais pas tout à fait d’en être un jour. »

Un extrait du livre
« Xavier ne peut pas, non, il ne peut pas continuer à jouer le virtuose, à se faire passer pour l’auteur du discours, il sait trop bien que son mensonge va se distiller dans son cerveau jusqu’à coloniser ses défenses, entamer son assurance. L’École nationale d’administration lui a appris à tricher, cacher, prendre des risques certes, mais pour les autres, pas pour lui-même.
‘Monsieur le Président ?’
Sur le point de sortir, Debanel se retourne. D’un regard bienveillant, il l’invite à parler, comme s’il pouvait tout entendre, tout pardonner.
‘Le discours de Corbeil… Il n’était pas de moi. Il vient de Schummer.’
Xavier guette la réaction de son président, son mentor. Un peu son père en fait. S’il ne l’avait pas pris sous son aile alors qu’il s’ennuyait dans les couloirs de l’Assemblée, peut-être pantouflerait-il dans le privé comme la plupart des énarques de sa promotion. Jamais il n’aurait pu fourrer le début du petit doigt dans le miel du pouvoir. Pour le suivre, il avait, sans vraiment d’état d’âme quitté une femme qu’il avait un temps envisagé d’épouser ; délaissé sa mère sans aller la voir autrement qu’en coup de vent, jusqu’à la veille de son enterrement. Depuis quatre ans il avait renoncé à être un homme, oublié d’être un fils, appris à mépriser son chagrin quand il devient un obstacle. Le plaisir narcissique que lui avait offert le pouvoir n’avait d’égal que plus de pouvoir encore. (…)
‘Je m’en doutais un peu, Xavier, vous pensez bien que Schummer s’est empressé de vendre la mèche… Vous n’avez plus qu’à repasser par lui ! Mes amitiés à votre famille !’ »

Virginie Roels, La Plume, le secret du prochain président de la République, éditions Stock, 2017, 320p.


Vous avez aimé cet article ? Soutenez le journal minimal, le média du retour à l’essentiel, en accès libre et sans publicité.

Aller à la Une
Partager

À propos de l’auteur

LILIANE ROUDIÈRE

Ancienne attachée de presse dans le spectacle vivant, puis à Charlie Hebdo (1998-2008), je suis devenue rédactrice en chef du féminin Causette, de sa création (2009) à l'été 2016. Aujourd'hui, je respire... 😀 et j'écris !

Commenter cet article