À Fontenay-sous-Bois, cette petite AMAP s’est rapidement adaptée au Covid-19

Plébiscitées par les consommateurs, les AMAP se débrouillent plutôt pas mal face au coronavirus. Reportage en images à Fontenay-sous-Bois.

L'Amap Champs libres
©Anne-Claire Lafait.

La pandémie de Covid-19 a obligé les Associations pour le maintien d’une agriculture paysanne (AMAP) à se réorganiser pour que les maraîchers puissent livrer leurs récoltes aux adhérents. À Fontenay-sous-Bois (Val-de-Marne), où je vis, Champs libres a ainsi pu continuer malgré le confinement. Après quelques journées d’échanges intenses avec le Réseau des AMAP en Ile-de-France, la distribution des 40 paniers a été découpée en trois temps et trois équipes distinctes. Reportage photo, par un bel après-midi ensoleillé d’avril….

14h – Étape 1, livraison des légumes :
Michel Deserville, maraîcher à la ferme de Toussacq (Seine-et-Marne), apporte les produits bio qu’il cultive sur ses 2 hectares de terrain* :

L'Amap Champs libres
Salades, radis, blettes et navets nouveaux ont été cueillis le matin même. Tous les légumes (ainsi que les œufs) présents dans le camion n’ont croisé que deux personnes depuis qu’ils ont été semés: Michel et sa salariée. ©Anne-Claire Lafait.
L'Amap Champs libres
Les distributions de l’AMAP Champs libres ont lieu aux Vergers de l’Ilot, un vaste espace de verdure en plein centre ville (face à la mairie et au commissariat). Ce terrain municipal est un des rares survivants des vergers autrefois nombreux à Fontenay-sous-Bois. On y trouve des arbres fruitiers, un potager, une basse-cour (poules, canards, lapins) et des ruches. ©Anne-Claire Lafait.
L'Amap Champs libres
Et voici les œufs (de poules de la ferme, nourries aux céréales biologiques et aux légumes de fin de culture)! ©Anne-Claire Lafait.
L'Amap Champs libres
Michel transvase le contenu de ses caisses de légumes dans les cageots de l’AMAP. ©Anne-Claire Lafait.
L'Amap Champs libres
Michel inscrit les quantités de légumes à répartir dans chacun des paniers. Il n’a croisé personne et peut reprendre la route vers sa ferme pour se remettre aux travaux des champs, intenses en cette période. ©Anne-Claire Lafait.

15h45 – Étape 2, la préparation des paniers :

L'Amap Champs libres
Les 6 adhérents qui se sont portés volontaires pour préparer les paniers de cette semaine ont 45 minutes pour répartir scrupuleusement les légumes de Michel dans les 40 cagettes. ©Anne-Claire Lafait.
L'Amap Champs libres
Les légumes sont pesés ou comptés. ©Anne-Claire Lafait.
L'Amap Champs libres
Un nouvel équipement: masques et gants. ©Anne-Claire Lafait.
L'Amap Champs libres
Répartition des légumes dans les cageots. ©Anne-Claire Lafait.
L'Amap Champs libres
L’heure de la distribution approche.©Anne-Claire Lafait.

À lire aussi : Sor’bio, Sciences Potirons… les AMAP étudiantes se multiplient comme des petits pains

16h30-17h30 – Étape 3, la distribution :

L'Amap Champs libres
Pour éviter les contacts inutiles, la distribution est déplacée sur la pelouse, devant la porte des Vergers de l’Ilot. ©Anne-Claire Lafait.
L'Amap Champs libres
Une 2e équipe de volontaires organise la distribution, les cagettes sont bien espacées. ©Anne-Claire Lafait.
L'Amap Champs libres
Les adhérents vont se succéder durant 1h pour venir transvaser le contenu des cagettes dans leur sac. ©Anne-Claire Lafait.
L'Amap Champs libres
« On peut faire de la soupe avec les fanes de navets? » « Oui, ça s’impose! » ©Anne-Claire Lafait.

17h45 : Ça y est, les 40 paniers ont été récupérés, le plus souvent à pied ou à vélo, exceptionnellement en voiture. Quelques-uns ont aussi été apportés à domicile par un adhérent à un autre qui ne pouvait pas se déplacer.

En janvier, l’AMAP avait bouclé de justesse les adhésions qui permettent de garantir à Michel Deserville ses 40 paniers hebdomadaires. Avec le confinement, les demandes ont afflué mais elles ne peuvent être satisfaites car Michel ne souhaite pas sacrifier la qualité de sa production (diversité de variétés, faible mécanisation etc.) à un accroissement de la quantité. Depuis plusieurs semaines, le bureau de l’association Champs libres recense et regroupe les demandes pour ensuite les transmettre au réseau des 315 AMAP d’Ile-de-France. Le Covid-19 participera-t-il indirectement à la naissance d’une troisième AMAP à Fontenay-sous-Bois ?

* Michel Deserville, maraîcher à la ferme de Toussacq, est entrepreneur salarié au sein de la coopérative Les champs des possibles. Les terres de la ferme appartiennent à l’association Terre de Liens (qui achète des terres pour permettre à de jeunes paysans de s’installer en agriculture biologique).

Pour suivre les publications de mon journal préféré, je reçois la lettre minimale, chaque 1er mercredi du mois. Bonne nouvelle, c’est gratuit et sans engagement !

Partager
Aller à la Une

À propos de l’auteur

ANNE-CLAIRE LAFAIT

Psychologue clinicienne, formatrice et chercheure en psychologie, je suis très attachée à l'écologie et à la justice sociale.

3 commentaires

Exprimez-vous !