Parution chaque mardi et vendredi

Les mots de Senghor résonnent encore

Chantre de la négritude, le poète et ancien président du Sénégal, Léopold Sédar Sengor, est mort il y a tout juste quinze ans, le 20 décembre 2001. Voici l’un de ses textes les plus connus, qui continue de faire enrager les racistes et autres suprémacistes blancs :

Cher frère blanc,
Quand je suis né, j’étais noir,
Quand j’ai grandi, j’étais noir,
Quand je suis au soleil, je suis noir,
Quand je suis malade, je suis noir,
Quand je mourrai, je serai noir.

Tandis que toi, homme blanc,
Quand tu es né, tu étais rose,
Quand tu as grandi, tu étais blanc,
Quand tu vas au soleil, tu es rouge,
Quand tu as froid, tu es bleu,
Quand tu as peur, tu es vert,
Quand tu es malade, tu es jaune,
Quand tu mourras, tu seras gris.

Alors, de nous deux,
Qui est l’homme de couleur ?

LÉOPOLD SÉDAR SENGHOR
Poème à mon frère blanc
(Nous n’avons pas trouvé la date de parution de ce texte, si vous la connaissez, dites-le nous, svp)

Leopold Sedar Senghor à l'ONU

Aller à la Une
Partager

À propos de l’auteur

LA REDACTION

La rédaction du journal minimal est composée d'auteurs aux profils variés (journalistes professionnels, photographes, dessinateurs de presse, artistes, auteurs, chroniqueurs).

Commenter cet article