Du 25 novembre au 25 décembre, donnez un coup de pouce au journal minimal !

UN GRAND MERCI À :

  • Katia Prassoloff
  • Michel DREYFUS
  • Anne Taupin
  • Céline Brisard
  • Hélène Grunert
  • philippe laborie
  • Florence Muller
  • Carol-Ann Willering
  • Geneviève Lamoureux
  • annemarie veaute
  • François Houdaille
  • marie-suzanne wannenmacher
  • marie-françoise ledieu
  • philippe Lesaffre
  • HELOISE INGLESE
  • maurice fichan
  • Anne Vaniere
  • Pierre Simonet
  • Souen Boniface
  • Jean-Baptiste Penent
  • Julien Pontes
  • Elizabeth Marcu
  • Clément Pivin
  • Samuel Ramstein
  • Thibaut Marchand
  • PHILIPPE LABORIE
  • élisabeth provost
  • BERNARD GALLOIS
  • André Convers
  • Catherine Veil
  • Linda Alouache
  • Etienne Bonnet
  • Anne GASNIER
  • Joséphine Buy
  • Pierre Lecomte
  • Vincent Lejeune
  • Marie Touret
  • Stephanie Willocq

En savoir plus

À quoi vont servir vos 7 000 €
À faire fonctionner le journal minimal : publication d’enquêtes, de chroniques et de reportages inédits, auxquels s’ajoutent les charges annuelles.

Cette campagne de fin d’année doit nous permettre de boucler financièrement 2021 et de pouvoir engager les frais nécessaires au démarrage de l’année 2022, année au cours de laquelle nous allons continuer d’opérer une importante mise à jour du site. Si un maximum de lecteurs réguliers du journal minimal participent, on a de bonnes chances d’y arriver !

L'Association Minima, éditrice du journal minimal
Elle a été créée le 21 juin 2014 à Paris par des citoyens réunis autour du less is more, à l’initiative de la journaliste Emmanuelle Veil (ancienne de L’Express et de Charlie Hebdo, cofondatrice de Siné Mensuel). Il s’agit d’une association loi 1901, à but non lucratif, dont les administrateurs sont bénévoles.

Le logo de l'association

L’Association Minima a pour objet principal l’édition du journal minimal, en accès libre et sans publicité, afin de rendre les informations sur le minimalisme accessibles à tous les citoyens. Il s’agit d’une mission d’intérêt général, dans la mesure où il est urgent de présenter dans le débat démocratique les alternatives à la société de consommation.

L’Association Minima a reçu plusieurs prix et soutiens importants lors de son amorçage :

• Lauréate de l’appel à projet « Mon projet pour la planète » (2018), à l’issue du vote de plus de 2 000 citoyens – Ministère de la Transition écologique et solidaire
• Lauréate du Fonds de soutien à l’émergence et à l’innovation dans la presse (2018) – Ministère de la Culture
• Lauréate de l’appel à projet du FINP-Google, Fonds pour l’innovation numérique de la presse (2017)
• Lauréate des Trophées parisiens de l’Économie sociale et solidaire (2016) – Mairie de Paris
• Lauréate de l’appel à projet « Paris pour le Climat » (2015) – Mairie de Paris
• Lauréate de l’appel à projet « Tous pour le Climat » (2015) – Région Ile-de-France

Elle a par ailleurs reçu à deux reprises le soutien du Fonds de dotation Agnès b.

L’Association Minima est administrée par : Catherine Simonet (Présidente), Lucie Durnerin (1ère Vice-présidente), Maurice Gille (2e Vice-président).

Le modèle économique du journal minimal

Une presse en accès libre et sans publicité, financée par les citoyens, c’est le pari de l’Association Minima, qui a lancé le journal minimal le 4 novembre 2015 à la suite d’une campagne de financement participatif ayant réuni 130 souscripteurs.

Pourquoi avoir choisi le financement par le don et non l’abonnement payant ?
Parce que le principe du don est en cohérence avec la ligne éditoriale anti-consumériste du journal minimal. Ce mode d’échange entre les humains « vise davantage à être qu’à avoir », comme l’écrivait l’anthropologue Marcel Mauss, parlant à cet égard de « fait social total ».

Quelles sont les ressources du journal ?
L’Association Minima, éditrice du journal, fait aujourd’hui principalement appel aux contributions volontaires de ses lecteurs. Les subventions et prix qu’elle a reçus lui ont permis durant ses six premières années d’exercice de subvenir à ses besoins. Les actions pédagogiques (formations, animations) qu’elle mène occasionnellement lui fournissent aussi quelques fonds propres.

L’objectif est qu’en 2023, le journal minimal devienne complètement autonome en étant financé par ses lecteurs, afin de vous informer en toute indépendance.

Il est à noter que le journal minimal est un projet qui suscite un fort enthousiasme et que de ce fait il bénéficie d’importantes contributions en nature. Nous vous les présentons ci-dessous, après les charges et les produits.

Voici les comptes de l’Association en 2020 :

ChargesProduitsBenevolat

En soutenant le journal minimal, vous soutenez la liberté de la presse et la vivacité du débat démocratique. Le site est reconnu par le ministère de la Culture comme un « service de presse en ligne consacré pour une large part à l’Information Politique et Générale », et à ce titre vos dons à l’Association Minima peuvent bénéficier de la déduction fiscale de 66 %.

🦔 Pour aider le journal minimal à réussir cette campagne de financement participatif, vous pouvez partager cette page et/ou laisser un commentaire :

Partager cette campagne :

Exprimez-vous !